D’un texte à l’autre: Comparaison de « La condition sociale de la femme indigène en Guinée française » (1937) et « A travers la famille en Guinée française » (1939) de Yacine Diallo

Yacine Diallo,  « La condition sociale de la femme indigène en Guinée française », manuscrit dactylographié, 15 pages, 21 novembre 1937 Yacine Diallo,  « A travers la famille en Guinée française », texte publié dans L’Education Africaine, n° 102-103, 1939, p. 42-52 (manuscrit original introuvable, envoyé le 8 mai 1937 au Gouvernement Général à Dakar)
Introduction Introduction
« La présente étude est l’exposé de cette triste situation qui mériterait d’attirer l’attention bienveillante de la haute administration » « Dans les pages qui vont suivre, je désire représenter quelques traits caractéristiques de la famille indigène en Guinée française »
L’éducation des filles  L’éducation des filles
Le rôle des mères

« Tous les efforts de la mère tendent à la formation parfaite d’une ménagère à son image. Entendons par là une femme dont la servilité et la passivité sont à toute épreuve. Or, la réalisation d’une telle fin n’est possible qu’avec des êtres élevés dans l’ignorance ».

 

 

Le rôle des mères

« Forte de son expérience, [la mère] instruit sa fille sur les moyens de faire son chemin dans la vie. Elle ne néglige ni l’enseignement ménager ni l’éducation esthétique qui sont en rapport avec son degré d’évolution. Elle dépense des trésors d’ingéniosité pour tremper l’âme de sa fille chérie avec un tendre amour. L’efficacité de cet enseignement maternel est incontestable : on voit journellement des filles et des femmes accourir à leur mère pour solliciter quelques directives ».

Le rôle des pères

« Quoique secondaire et intermittente, l’action du père n’est guère négligeable. Son rôle consiste à démontrer la supériorité de l’homme sur la femme conformément aux prescriptions de la Coutume. Les garçons sont admis aux repas paternels, la fille en est éloignée.  Elle ne peut ni lui adresser le salut ni le baiser. Elle lui parle à genoux ou accroupie, tête baissée et à voix basse. Il lui est interdit de le tutoyer. Au lieu d’expansion affectueuse, nous ne voyons que la dissimilation engendrée par une intimidation constante. La fille ne chante ni ne danse en présence de son père. La sévérité de cette éducation l’incite bien souvent à cacher ses sentiments véritables. Plus tard, le mari n’aura pas grand’ peine à parachever cette œuvre de terrorisation entreprise sous les auspices du père ». (…)

« la soumission absolue aux volontés paternelles ».

Le rôle des pères

« les rôles des conjoints sont nettement définis dans la famille indigène : l’éducation des garçons incombe au père, celle des filles est à la charge de la mère »

Le rôle de l’école coranique

« Les femmes ainsi éduquées sont persuadées que, pour mériter la grâce divine, il suffit d’obéir à ses parents et de se soumettre sans murmure au mari de leur choix. Elles se résignent tout en maugréant contre leur pénible destinée ».

Le rôle de l’école coranique

«Le maître dit à l’école coranique : (…) une femme trop hardie n’est pas facile à soumettre ; or, dans un ménage modèle, la volonté du mari doit faire loi. (…) Apprends donc à obéir et à vivre modestement afin que tu sois heureuse ».

Relations avec le mari

« la Coutume désire former une auxiliaire de l’homme qui ne discutera ni les volontés du mari ni la sentence du magistrat ». (…)

« telle est l’éducation intellectuelle. Elle facilite aisément l’exploitation dont la femme est l’objet de la part de son mari ». (…)

« d’une manière générale, l’homme règne sur sa femme en Guinée française ».

Relations avec le mari

« Tout cela n’est pas bien souriant : une victime ballotée au gré des caprices de l’homme, telle est la femme indigène dans la plupart des familles ».

Les mariages arrangés Les mariages arrangés
« on voit fréquemment des filles de moins de quinze ans fiancées à un vieillard ratatiné, ayant un pied dans la tombe » « il n’est pas rare de voir des vieillards blanchis s’unir à des jeunes femmes à la fleur de l’âge »
Nouveautés Nouveautés
« Bien sombre est tout ce tableau, pourrait-on objecter. Il y a heureusement, des idées nouvelles qui s’infiltrent peu à peu à travers ces coutumes : nombre de fiançailles sont faites aujourd’hui sur le consentement formel de la fille. Heureux présages pour les temps futurs ». « Fort heureusement, on trouve des jeunes gens intelligents qui ne se soumettent qu’à la direction de leurs sentiments intimes : le cœur et la raison décident de leur choix et, le plus souvent, ils n’ont qu’à se féliciter de leurs unions ».
Cas particuliers Cas particuliers
« Dans certains mariages, il n’y a ni demande ni versement de dot : la main de la fille est offerte à quelque fervent dévot, pour l’amour de Dieu. Le mari s’acquitte avec des bénédictions et des remerciements. Et le donateur se trouve satisfait parce qu’il s’imagine que ce sacrifice répandra sur lui les grâces divines. Ce genre d’union n’est honorable ni pour l’un ni pour l’autre des deux partenaires. Comment la Coutume concilie-t-elle cette procédure avec ces passages du Coran ? [suivent des passages du Coran sur le caractère obligatoire de la dot] ». « Il y a cependant des mariages où le mari est dispensé du payement de la dot. C’est le cas assez rare d’ailleurs où les parents accordent gracieusement la main de leur fille à un mari dont la piété est notoire. C’est alors eux qui acquittent le montant de la dot, car sans dot, il n’y a point de mariage. Les enfants qui naîtraient d’une pareille union reviendraient de droit à la mère et non au père en cas de séparation ».
Divorces et répudiations Divorces et répudiations
« Avec la civilisation, la femme a fait la connaissance d’un nouveau genre de répudiation. Un homme instruit vit longtemps avec une femme qui l’aime, le sert et lui donne des enfants. Un beau matin, on dit à cette femme ‘Je regrette de ne plus pouvoir te garder. Je désire te remplacer par une compagne évoluée. Je te prends tes enfants ; va chercher un autre mari’ ». [aucune mention de ce phénomène dans le texte publié]
Excision Excision
Deux paragraphes [aucune mention]
Controverses autour de la virginité Controverses autour de la virginité
« supercheries » autour de la preuve de virginité de l’épouse « Sous l’influence de la colonisation, ce malaise tend à disparaître. (…) Les anciens élèves des grandes écoles […] forment une élite éclairée. Ils ont appris que la virginité est une des énigmes de la nature, l’effusion du sang ne la prouve pas […] Grace à cette jeunesse, la paix et l’honneur pénètrent progressivement sous nos toits ; nous avons foi en l’avenir, car une aurore d’espérance pointe à l’horizon ».
Le déclin de la polygamie ? Le déclin de la polygamie ?
« le mari ne considère que ses intérêts et son autorité. Il se peut que cette situation dure aussi longtemps que la polygamie n’aura pas été réduite à sa plus simple expression, à la bigamie. La nouvelle génération semble s’orienter vers cette direction »

 

« Les impôts élevés obligent les indigènes à limiter le nombre de leurs épouses. Quant aux villes, elles sont en avance sur les villages, car la vie y est chère ».

 

« à l’heure actuelle, c’est surtout les fonctionnaires en service à l’intérieur qui se payent le faux luxe d’entretenir des épouses en très grand nombre. Affecter ces retardataires de temps en temps dans les villes aiderait sûrement à la rationalisation de la polygamie. La société indigène y gagnerait »

 

– « quelques Chefs de canton ne se laissent pas embarrasser par de semblables textes [coraniques]; ils admettent dans leur harem toutes les belles filles qui leur sont offertes »

 

[causes de limitation : impôts élevés, cherté de la vie en ville, nouvelles générations]

« La polygamie s’est adaptée aux nouvelles conditions de vie résultant de la colonisation. Les maris ne prennent plus qu’un nombre limité de femmes. Les jeunes gens évolués sont monogames ou bigames. Les chefs de cantons et les interprètes, qui, autrefois s’étaient placés au-dessus de la loi,  n’ont pu résister au nouveau courant d’idées ; ils ne se permettent plus le scandaleux luxe d’un nombre illimité d’épouses »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[cause de limitation : école coloniale, « mission civilisatrice »]

De la nécessité des réformes… ou la « mission civilisatrice »  accomplie ?
« L’évolution de la femme indigène –qu’elle soit musulmane, catholique ou fétichiste- est forte lente en Guinée française » (…)

 

« La présente étude n’est pas une satire de mœurs imaginée pour les besoins de la cause. C’est l’exposé pur et simple de l’état actuel de la société indigène. La femme y subit la tyrannie de l’homme qui l’exploite à volonté. Le respect aveugle de la Coutume tend à perpétuer cette situation inique »

 

« L’homme d’Etat qui, par exemple, réglementera équitablement le régime dotal aura sûrement la gratitude de toutes les femmes lésées ; et elles sont légions »

« La révision de cette coutume ne s’impose-t-elle pas ? »

« L’aurore de l’évolution s’est levée pour la famille guinéenne. La colonisation a favorisé l’émancipation de la femme sur qui pesait une intolérable oppression »

 

« La famille indigène s’organise dans un moule nouveau : elle est en train d’adapter ses coutumes à la civilisation française sans renoncer à ses convictions religieuses ».

 

 

« Les âmes éprises d’idéal appellent de tous leurs vœux une législation qui mettra un terme à cette grotesque tyrannie : la société entière y gagnera ».

« Espérons que la restitution de la dot consacrée par la coutume subira le sort que méritent les iniquités de son espèce »

 

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search