Yacine Diallo (1897-1954)

Yacine Diallo est né en 1897 à Toulel Nouma (Guinée). Son père, Thierno Bacar (Alfa Bakar Numa), était un érudit, conseiller du roi Alpha Yaya Diallo de Labé, puis chef de canton du Koura Mangui. Yacine Diallo a d’abord fréquenté l’école coranique, puis l’école française de Kousoula. En 1914, il entre à l’école Normale des instituteurs William Ponty (1914-1917). Il est titulaire du Diplôme d’Aptitude Professionnelle. Il a enseigné dans les écoles de Pita (1917), Kissidougou (1919), au cours normal de Conakry (1920) puis de 1924 à 1936, à Coyah, Guékédou, N’zérékoé et Kindia. De 1936 à 1942, il a été chargé de l’enseignement de la musique, de l’histoire, de la géographie et du dessin à l’école primaire supérieure Camille Guy à Conakry. Il fut ensuite directeur de l’école urbaine de Conakry. Yacine Diallo a participé à la création de l’Amicale Gilbert Vieillard en hommage à l’administrateurethnologue, spécialiste des Peuls. Il créa et anima les journaux Le Progrès Africain et Honneur et patrie. Engagé politiquement, il a fondé le Mouvement socialiste africain (affilié à la SFIO) et l’Union francoguinéenne. Il milita également au sein du RDA. Il fut le premier député guinéen à l’Assemblée nationale constituante[1]. Il occupa différentes fonctions politiques : conseiller de l’AOF à Dakar, conseiller territorial à l’assemblée de Guinée (Conakry), membre de différentes commissions parlementaires, député de la Guinée de 1946 à 1954 et viceprésident du groupe parlementaire. En tant que député, il a particulièrement œuvré en faveur du développement d’infrastructures scolaires et industrielles en Guinée[2]. Selon plusieurs sources, il se serait momentanément converti au catholicisme et aurait ajouté Louis à son prénom, afin notamment d’apprendre le latin[3]. Il était également violoniste.

Médaille de la résistance.

Bibliographie

« L’enseignement de l’arabe au Fouta Djallon », L’Education africaine, n°87, 1934, p. 153-161

« Evolution conjugale en Guinée française (Extraits)», Congrès international de l’évolution culturelle des peuples coloniaux – 26, 27, 28 septembre 1937. Rapports et compte rendu. Paris, 1938, p.76-78

« A travers la famille en Guinée française », L’Education Africaine, n°102-103,1939, p. 42-52

Manuscrits

Condition sociale de la femme en Guinée française 

A travers la famille indigène 

L’art musical au Fouta-Djallon 

Voir ici pour les commentaires de Bernard Maupoil sur le manuscrit de Yacine Diallo, « Condition sociale de la femme en Guinée française ».

Voir ici pour une comparaison entre le manuscrit non publié de la « Condition sociale de la femme en Guinée française » et le texte publié  « A travers la famille en Guinée française » (EA, n°102-103, 1939, p.42-52).

Publications sur Yacine Diallo

Boubakar Diallo, Yacine Diallo, le Guinéen : pour la Patrie et dans l’honneur, Paris, L’Harmattan, 1996, 112p.

Boubacar Yacine Diallo, La Guinée, un demi-siècle de politique (1945-2008) : Trois hommes, trois destins, Paris, L’Harmattan, 2011, 338p.

Témoignage de son fils, Issa Ben Yacine Diallo, à la Radio Télévision Guinéenne en 2017.

 

[1]http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/2498

[2] Henry Louis Gates, Alphonse Fletcher, Emmanuel K. Akyeampong (dir.), Dictionnary of African Biography, p.192

[3] Mahmoud Bah, Construire la Guinée après Sékou Touré, Paris, L’Harmattan, 2000, p.14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).