Yacine Diallo (1897-1954)

Yacine Diallo est né en 1897 à Toulel Nouma (Guinée). Son père, Thierno Bacar (Alfa Bakar Numa), était un érudit, conseiller du roi Alpha Yaya Diallo de Labé, puis chef de canton du Koura Mangui. Yacine Diallo a d’abord fréquenté l’école coranique, puis l’école française de Kousoula. En 1914, il entre à l’école Normale des instituteurs William Ponty (1914-1917). Il est titulaire du Diplôme d’Aptitude Professionnelle. Il a enseigné dans les écoles de Pita (1917), Kissidougou (1919), au cours normal de Conakry (1920) puis de 1924 à 1936, à Coyah, Guékédou, N’zérékoé et Kindia. De 1936 à 1942, il a été chargé de l’enseignement de la musique, de l’histoire, de la géographie et du dessin à l’école primaire supérieure Camille Guy à Conakry. Il fut ensuite directeur de l’école urbaine de Conakry. Yacine Diallo a participé à la création de l’Amicale Gilbert Vieillard en hommage à l’administrateurethnologue, spécialiste des Peuls. Il créa et anima les journaux Le Progrès Africain et Honneur et patrie. Engagé politiquement, il a fondé le Mouvement socialiste africain (affilié à la SFIO) et l’Union francoguinéenne. Il milita également au sein du RDA. Il fut le premier député guinéen à l’Assemblée nationale constituante[1]. Il occupa différentes fonctions politiques : conseiller de l’AOF à Dakar, conseiller territorial à l’assemblée de Guinée (Conakry), membre de différentes commissions parlementaires, député de la Guinée de 1946 à 1954 et viceprésident du groupe parlementaire. En tant que député, il a particulièrement œuvré en faveur du développement d’infrastructures scolaires et industrielles en Guinée[2]. Selon plusieurs sources, il se serait momentanément converti au catholicisme et aurait ajouté Louis à son prénom, afin notamment d’apprendre le latin[3]. Il était également violoniste.

Médaille de la résistance.

Bibliographie

« L’enseignement de l’arabe au Fouta Djallon », L’Education africaine, n°87, 1934, p. 153-161

« Evolution conjugale en Guinée française (Extraits)», Congrès international de l’évolution culturelle des peuples coloniaux – 26, 27, 28 septembre 1937. Rapports et compte rendu. Paris, 1938, p.76-78

« A travers la famille en Guinée française », L’Education Africaine, n°102-103,1939, p. 42-52

Manuscrits

Condition sociale de la femme en Guinée française 

A travers la famille indigène 

L’art musical au Fouta-Djallon 

Voir ici pour les commentaires de Bernard Maupoil sur le manuscrit de Yacine Diallo, “Condition sociale de la femme en Guinée française”.

Voir ici pour une comparaison entre le manuscrit non publié de la “Condition sociale de la femme en Guinée française” et le texte publié  “A travers la famille en Guinée française” (EA, n°102-103, 1939, p.42-52).

Publications sur Yacine Diallo

Boubakar Diallo, Yacine Diallo, le Guinéen : pour la Patrie et dans l’honneur, Paris, L’Harmattan, 1996, 112p.

Boubacar Yacine Diallo, La Guinée, un demi-siècle de politique (1945-2008) : Trois hommes, trois destins, Paris, L’Harmattan, 2011, 338p.

Témoignage de son fils, Issa Ben Yacine Diallo, à la Radio Télévision Guinéenne en 2017.

 

[1]http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/2498

[2] Henry Louis Gates, Alphonse Fletcher, Emmanuel K. Akyeampong (dir.), Dictionnary of African Biography, p.192

[3] Mahmoud Bah, Construire la Guinée après Sékou Touré, Paris, L’Harmattan, 2000, p.14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).