Paul Hazoumé (1890-1980)

Né le 16 avril 1890 à Porto Novo. Son père était le premier conseiller du roi Toffa de PortoNovo. Il suivit des études primaires à la mission catholique StJoseph de la Société des Missions Africaines à Porto Novo (1905), dirigée par le R.P Aupiais, où il est ensuite recruté comme moniteur. En 1907, il entra à l’école normale d’instituteurs de St-Louis. A sa sortie, il enseigna à l’école régionale d’Ouidah de 1910 à 1917 (dont il fut le directeur à partir de 1915). De 1917 à 1922, il a dirigé l’école régionale d’Abomey. De 1922 à 1932, il a été instituteur à l’école régionale de Cotonou, dont il devint le directeur en 1932.

Formé à l’école du R.P. Aupiais, dont le programme et la pédagogie ont été largement influencés par M. Delafosse et G. Hardy, Hazoumé a très tôt été initié à l’histoire du Dahomey et à son écriture. En 1917, il faisait partie avec Louis Hunkarin et les frères Zinzou Bodé des rédacteurs du Récadère de Béhanzin, un journal composé de six lettres de Béhanzin adressées « soit au Lieutenantgouverneur du Dahomey, Noufflard, soit au procureur, et condamnant les abus de l’un et de l’autre »[1] à qui ils adressaient donc indirectement leurs griefs. Au fil de ses affectations, il écrivit et accumula de la documentation. Ainsi à Abomey, il réunit les principaux matériaux pour Doguicimi. Il a contribué à la brève revue La reconnaissance africaine (19251927), bulletin d’information religieuse et revue d’études scientifiques. C’est dans cette revue qu’Hazoumé a publié les premières pages du Pacte du sang. Hazoumé a également été contributeur et membre du comité de rédaction du journal Phare du Dahomey, un journal profrançais. Lorsqu’Aupiais fut élu à l’Académie des Sciences Coloniales, Hazoumé devint « correspondant colonial ». En 1931, il se rendit à l’Exposition coloniale et participa au congrès intercolonial. Il adopta une position critique à l’égard de la colonisation . Avec Senghor, ils sont les seuls Africains à être présents au congrès de l’évolution culturelle des peuples coloniaux à Paris en 1937. Son premier ouvrage, le pacte du sang au Dahomey, est édité par l’institut d’ethnologie de Paris en 1937. Hazoumé fut nommé chargé de mission au Musée de l’homme et obtint un certificat de l’institut d’ethnologie de Paris. Il est déchargé de ses fonctions d’instituteurs. En 1939, il retourna au Dahomey où il était chargé d’organiser des conférences « dans tout le pays, pour expliquer au peuple que la France a été lâchement attaquée par l’Allemagne pour avoir refusé de donner ses colonies à Hitler »[2]. Le 23 juillet 1940, il était chargé officiellement par le Lieutenant Gouverneur du Dahomey d’étudier les coutumes dahoméennes. En 1947, il participa à la création de la revue Présence africaine en tant que membre du comité de patronage et de la Revue de l’Afrique. En 1951, il devint membre de l’Institut international des civilisations différentes, avec Senghor et Alioune Diop.

Au lendemain de la Seconde guerre mondiale débute son engagement en politique. En 1947, Hazoumé faisait partie des membres fondateurs du premier parti politique dahoméen, l’Union Progressiste Dahoméenne. Militant de l’Union Démocratique du Dahomey (UDD). Il a été élu conseiller à l’Assemblée de l’Union française (1947-1958). En 1968, il fut candidat (non élu) à l’élection présidentielle.

1937- Premier prix du gouvernement général de l’AOF pour le Pacte du sang

Bibliographie

« Noms donnés aux Européens à Ouidah », BEAOF, n°29, 1917, p. 237239.

« Annales dahoméennes : La conquête du royaume houéda par les Dahoméens au XVIIè siècle », BEAOF, n°45, 1921, p. 4145

« Histoire régionale: Notes sur le Borgou (suite) », BEAOF, n°47, 1921, p.103109

« Un aperçu historique sur les origines de Ouidah », Reconnaissance africaine, n°4, 5, 7, 8, 10 et 11, 1925-1926.

« La justice dans le royaume de Porto-Novo », Reconnaissance africaine, n°23, 15 août 1926.

« Journal de voyage de Cotonou à Dassa-Zoumé », Reconnaissance africaine, n°13, 14, 15, 16, 19 et 20, mars-juin 1926.

« Le pacte de sang au Dahomey », Reconnaissance africaine, n°33, 40, 41, 41, 43, 44 et 45, 1927.

« Le journal de mon voyage à Paris. A bord de « l’Asie »», Le phare du Dahomey, n°77-78, 1er et 15 mai 1932, s.p.

Le pacte de sang au Dahomey, Paris, Institut d’Ethnologie, 1937, 170p.

Doguicimi, Paris, Maisonneuve & Larose, 1938, 510p. (préface par G. Hardy). Prix de littérature coloniale, Prix de l’académie des sciences coloniales et Prix de langue française de l’académie française.

La France contre le racisme allemand, Imprimerie du Gouvernement, 1940, 63p.

Cinquante ans d’apostolat au Dahomey, Lyon, France, Procure des missions africaines, 1942.

« La révolte des prêtres », Présence africaine, n°8-9-10, juin à nov. 1956, p.29-42.

« L’âme du Dahoméen animiste révélée par ses croyances et ses pratiques religieuses », Présence africaine, juin-sept. 1957, n°14-15, p.233-251 .

« L’humanisme occidental et l’humanisme africain », Présence africaine, Paris, n°14-15, juin-sept. 1957, p.29-45.

« La voix du Dahomey résonne de nouveau », La voix du Dahomey, nouvelle série, 1ère année, mai 1958, p.12.

 « Souvenir d’un Africain sur M. Delavignette », RFHOM, LIV, n°194197, 1967, p.3138

 

Manuscrits

La France au Dahomey, manuscrit non publié, sans date.

Béhanzin et la conquête française, manuscrit non publié, sans date.

[1] A. Huannou, op. cit., p.28

[2] A. Huannou, op. cit., p.75

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).