Ousmane Poréko Diallo (1922-1961)

Né en 1922 à Poréko (Labé, Guinée). Il fut élève à l’école normale de Sébikotane, au sein de la section administrative (19401943). D’après Ray Autra, qui prononça son éloge funèbre, c’est à ce moment qu’il a rencontré Théodore Monod[1]. Il fut alors recruté comme préparateur puis agent technique à l’Institut Français d’Afrique Noire (IFAN) en 1948. En 1949, il se rendit à Paris afin de poursuivre ses études et obtint un diplôme à l’école des langues orientales et une Licence en Lettres. A son retour, il fut nommé assistant de recherches à l’IFAN en 1956. Après l’indépendance de la Guinée en 1958, il est assistant à l’Institut National de la Recherche et de la Documentation de Guinée (INRDG), chef du département d’ethnologiesociologie.

Bibliographie

« L’imposition du ‘prénom’ au Fouta-Djallon », Notes africaines, n°21, janv. 1944, p. 17-18.

« Le ‘tuppal’ (une cérémonie au Fouta-Djallon) », Notes africaines, n°21, janv. 1944, p.1920.

« A propos de touffes de cheveux », Notes africaines, n°25, janv.1945, p. 16.

« A propos de Nianki-Naka au Fouta Djallon », Notes africaines, n°26, avril 1945, p.1415.

« Préparation du savon au Fouta-Djallon », Notes africaines, n°27 juil. 1945, p.11.

« Encres et teintures au Fouta-Djallon », Notes africaines, n°28, oct.1945, p.1718.

« Le pluriel de politesse au Fouta-Djallon », Notes africaines, n°32, p.1213

« Les “Kore” et les ‘Simo’ au Fouta-Djallon », Notes africaines, n°33, janvier 1947, p. 25.

« Un produit de cueillette au Fouta-Djallon », Notes africaines, n°42, avril 1949, p. 37

« Humour et honneur au Fouta-Djallon », Notes africaines, n°79, juillet 1958, p.9394.

« Connaissance historique de la Guinée », Présence africaine, 1960/1, n°XXIX, p.4552.

« A propos des phonèmes spéciaux de la langue peule », Recherches africaines, no. 4, oct.déc. 1960, p.37-39.

« Evolution sociale chez les Peuls du Fouta-Djallon », Recherches africaines, no. 4, oct.-déc. 1961, p.7394.

[1] http://www.webguinee.net/bibliotheque/archives/rechAfric/1961/04/necrologie.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search