Maximilien Quenum (1911-1988)

Né à Ouidah (Dahomey) en 1911. Maximilien Quenum a effectué ses études primaires à l’école régionale de Ouidah puis poursuivit ses études secondaires à l’école Jeanne d’Arc, située dans la même ville. En 1929, il s’est rendu en France pour achever ses études secondaires. Après avoir obtenu sa Licence de Philosophie, une Licence en Lettres et un Diplôme d’Etudes Supérieures en Sociologie, il entama en 1938 une carrière de professeur dans l’enseignement secondaire à La Rochelle et à Rochefort. Il fut également professeur de « civilisations africaines » à l’Institut des Hautes Etudes d’OutreMer et enseignant en philosophie à l’Université de Poitiers[1]. Fondateur du « Groupe des Indépendants du Dahomey » en 1951, il a participé à la vie politique et occupa des fonctions multiples : délégué du Dahomey au Sénat en 1955, conseiller territorial du Dahomey, conseiller municipal de Ouidah et enfin, député et viceprésident de l’assemblée territoriale de 1957 à 1960. Il publiait également des articles dans divers journaux comme Ouest-Afrique, l’Eveil du Bénin, ou l‘Etoile du Dahomey. Après la décolonisation, il fut chargé de mission au Secrétariat Général à la Présidence de la République pour la Communauté et les Affaires africaines et malgaches, au sein du cabinet du général De Gaulle. Il prit sa retraite en 1971.

 

Publications

« Au pays des Fons », BCEHSAOF, Tome XVIII, n°23, 1935, pp.141335.

Au pays des Fons (us et coutumes du Dahomey), Paris, Larose, 1938

Trois légendes africaines (Côte d’Ivoire, Soudan, Dahomey), Rochefort, ed. A. Thoyon-Thèze, 1946, 101p.

L’Afrique noire, rencontre avec l’occident (préface de G. Monnerville), Paris, Nathan, 1958, 173p.

Les ancêtres de la famille Quenum, Langres, 1981, 192p.

 

[1] Huannou A., La littérature béninoise de langue française : des origines à nos jours, Karthala ACCT, Paris, 1984, p.78-82

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search