Maurice Montrat

Né à Faranah (Guinée), le 13 mars 1895. Fils d’Aminata Condé et d’un ancien capitaine d’infanterie français qui ne l’a pas reconnu, probablement « Montera », il se nomme Mory Condé jusqu’à son entrée à l’école. Il est recruté de force par l’administrateur colonial (sa mère fut emprisonnée pour avoir refusé de l’inscrire) à l’école régionale de Faranah, qu’il a fréquenté de 1905 à 1909. Au moment de son inscription, l’instituteur le renomma Maurice, jugeant que compte tenu de son ascendance, son nom devait être « français ». Il fut ensuite élève à l’école primaire supérieure de Conakry de 1909 à 1912, puis à l’école normale de 1912 à 1915. Il fut ensuite instituteur à Siguiry puis à Conakry en Guinée. Il reçut la mention honorable pour l’enseignement agricole en 1918. Il est l’un des premiers contributeurs du BEAOF et par ailleurs membre du comité d’études historiques et scientifiques de l’AOF (section locale de la Guinée française). Il obtint un diplôme d’honneur dans le cadre du concours prévu pour les travaux d’ordre scientifique et documentaire dus à des indigènes originaires de l’AOF pour ses travaux en 1932.

Au début des années 1920, il quitta l’enseignement pour devenir commis expéditionnaire à Conakry et agent comptable principal des chemins de fer. En 1932, il a été l’un des lauréats du prix de l’AOF pour ses travaux sur Mali et sur les malinkés de Sankaran (manuscrits non publiés). En 1942, il rédigea un texte relatant la visite du maréchal Pétain en Guinée en 1925, dont il avait été l’interprète. Après la Seconde guerre mondiale, il s’engagea dans la vie politique en Guinée et devint conseiller de l’Union française (élu et en 1947 et 1953) sur la liste d’Union Guinée puis la liste d’Action économique et sociale, aux côtés de Mamba Sano. Dans N’Na la maman noire, il relate son enfance en Guinée.

Bibliographie

« Légende recueillie à Faranah », BEAOF, n°21, 1916, p.79-80

« Note sur les diallonkés », BEAOF, n°50, Avril –Juin 1922.

« Note sur les malinkés de Sankaran », Outre-Mer, n°2-3,1935, p.107-127.

Quand le maréchal parlait aux indigènes, Imprimerie du gouvernement général, 1942, 12p.

N’Na : la maman noire, Versailles, C. Barbier, 1957, 59p.

« Notice sur l’emplacement de la capitale du Mali », Notes Africaines, n°79, 1958, p.90-92 (écrit en 1931)

Manuscrits

Recueil de contes indigènes, sans date

Notes sur Mali, ancienne capitale du royaume de Mali selon les traditions locales, sans date

Etudes sur les malinkés de Sankaran, manuscrit non publié, non daté

2 réflexions sur « Maurice Montrat »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search