Mamby Sidibé (1891-1977)

Né à Niamefero (Soudan, Kita) en 1891. Mamby Sidibé est issu d’une famille de cultivateurs et de chasseurs. Recruté de force à l’école par l’administration, il fréquenta d’abord l’école primaire de Kita (1906-1907), puis l’école régionale de Bafoulabé (1907-1909) ensuite, l’école des Fils de Chefs à Kayes (1909-1910) puis l’école Normale à Gorée (1910-1913). En 1919, il obtint le Diplôme supérieur d’études primaires. Il a été successivement instituteur à l’école de Ouagadougou, Fada N’Gourma, Goundam, Banfora, Bobo, à l’Ecole Primaire Supérieure de Bamako et de Ouagadougou, directeur de l’école régionale de Niafunké puis de Bandiagara. Il fut un collaborateur particulièrement fécond du Bulletin de l’enseignement en AOF, produisant de solides recherches historiques et ethnographiques et compilant des légendes et des contes. Mamby Sidibé participa également au développement du théâtre, aux côtés de ses anciens camarades de l’école normale William Ponty. Avec un groupe d’étudiants, il a notamment monté une pièce de théâtre « sur les débuts de Soundiata … », considérée comme subversive par les autorités coloniales. Il a présidé le syndicat des enseignants à Bamako, composante importante de la coalition des amis du rassemblement populaire, qui disposait d’un groupe “art et travail”. Ce groupe était formé par d’anciens pontins et jouait des pièces sur des thèmes ayant trait à l’Afrique. En 1937, il a fondé l’Association des Lettrés du Soudan (devenue Foyer du Soudan) à Bamako, première association au Soudan. Réunissant l’élite lettrée (Modibo Keïta, Mamadou Konaté…), ses membres discutaient politique, bien que son but premier était d’ordre social. Pour empêcher l’essor de cette association, les autorités coloniales transférèrent Mamby Sidibé à Bandiagara, l’éloignant ainsi de Bamako. Il a ainsi joué un rôle politique important dès le Front populaire.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’instituteur s’engagea au sein du RDA et dirigea la section nigérienne PPN/RDA. Il fut candidat à l’Assemblée constituante pour la circonscription de Niamey en 1945, élection à laquelle il échoua. Il a été détaché à l’IFAN de 1944 à 1949. Il fut par ailleurs président du Comité d’Etudes FrancoAfricaines (CEFA) et de 1956 à 1962, président du comité littéraire soudanais. Bien que pionner de la vie politique malienne, il s’est éloigné de la politique de premier plan. En 1960, il était conseiller culturel au ministère de l’Information et du Tourisme. Il anima également des émissions d’ethnologie ou d’histoire sur Radio Mali. Il prit sa retraite en 1972.

1er prix de la revue Outre-mer, 1931

2è Lauréat du prix de littérature africaine de l’Institut des Langues et Civilisations Africaines, étude en mandingue sur les coutumes malinké, 1933.

Bibliographie

« Folklore: Légende burlesque (Fada N’Gourma) », BEAOF, 1916, n°21, p. 8182.

« Folklore », BEAOF, n°24, 1916, p.217-219.

« Folklore », BEAOF, n°30, 1917, p.161- 163.

« Monographie régionale: Le Fada N’Gourma », BEAOF, n°39, 1918, p.111-140.

« Enquête sur les rites fétichistes des Gourmantché », BEAOF, n°42, 1919.

« Aventure d’un fils de roi », BEAOF, n°45, 1921, p.47-50.

« Monographie de la subdivision de Banfora (Cercle de Bobo) », BEAOF, n°48, 1921, p.52-64

« Monographie de la région de Banfora (cercle de Bobo) (suite) », BEAOF, n°49, 1921.

« Monographie de la région de Banfora (cercle de Bobo) (suite) », BEAOF, n°51, 1922, p. 65-73.

« Monographie de la région de Banfora (cercle de Bobo) (suite) », BEAOF, n°52, 1922, p. 59-69.

« Monographie de la région de Banfora (cercle de Bobo) (suite) », BEAOF, n°53, 1922, p. 39-51.

« Monographie de la région de Banfora (cercle de Bobo) (suite et fin) », BEAOF, n°54, p.40-52.

« Contribution à l’étude de l’histoire des coutumes indigènes de la région de Bobo », BEAOF, n°64, 1927, p.54-71.

« Contribution à l’étude de l’histoire des coutumes indigènes de la région de Bobo (suite et fin): Origine de quelques totems et de quelques talou (téré ou tara) de tribus ou de familles indigènes de l’AOF », BEAOF, n°65, 1927.

« Etude sur les peuplades de la subdivision de Diébougou (Haute-Volta) », Institut international des langues et des civilisations africaines, 1927.

« Etude sur les coutumes et la mentalité mystique au Birgo (Kita) », Institut international des langues et des civilisations africaines, 1928.

« Premières notes sur la littérature orale, les croyances et coutumes indigènes: La chasse dans ses rapports avec les croyances religieuses, les mœurs et coutumes indigènes au Birgo (Colonie du Soudan Français, Cercle de Kita) », BEAOF, n°67, 1928, p.60-73.

« Premières notes sur la littérature orale, les croyances et coutumes indigènes (suite): De l’origine des fétiches de chasse », BEAOF, n°69, janvier-juin 1929, p. 47-73.

« Contribution à l’étude de l’histoire des coutumes indigènes de l’AOF : Origine de quelques téné au Soudan Français », BEAOF, n°70, juillet-décembre 1929, p. 5-9.

« Les sorciers mangeurs d’homme au Soudan Français », Outre-Mer, n°1, 1929, p. 22-31.

« Nouvelles notes sur la chasse au Birgo (Cercle de Kita, Soudan Français) », BCEHSAOF, tome XIII, 1930, p. 4867.

« A propos de la gaité du Noir d’Afrique, quelques manifestations de la gaité soudanaise, Outre-Mer, n°2, mars 1931, p.5-22

« De la gaieté du Noir d’Afrique », Outre-Mer, n°4, décembre 1932, p. 244-257.

 « Coutumier du cercle de Kita (Soudan français – AOF) », BCEHSAOF, tome XV, n° 1, janvier-mars, 1932, p.72-177.

« La famille chez les Foula du Birgo, du Fouladougou Arhala et du Fouladougou Saboula (cercle de Kita, Soudan Français) », BCEHSAOF, tome XVIII, n° 4, janvier-mars, 1935, p.462-539.

« Tableau de la vie indigène au Soudan et dans la boucle du Niger, du XVIIIe siècle à nos jours », BEAOF, n°89, 1935, p. 3-26.

« De la gaité du Noir d’Afrique », Outre-mer, n°1, mars 1935, p.65-81.

« De la naissance et du baptême dans la région de Diébougou (cercle de Gaoua, Haute Côte d’Ivoire) », BEAOF, n°99-100, 1938, p. 23-26.

« Famille, vie sociale et vie religieuse chez les Birifor et les Oulé », BIFAN, Tome 1, n°4, 1939, p. 697742.

« Les jumeaux chez les Dogons de la région de Bandiagara », Notes africaines, n°17, janvier 1943, p.8-9.

« De l’influence de la barbe », Notes africaines, n°21, octobre 1944, p.5-6.

« De l’étiquette de la politesse au Birgo », Notes africaines, n°24, octobre 1944, p.18-19.

« De la crête et de la queue de l’hyène », Notes africaines, n°24, octobre 1944, p.20.

« Fabrication du salpêtre ou nitrate de potassium et de la poutre de chasse dans la région de Kita », Notes africaines, n°24, octobre 1944, p.23-24.

« De la création de la mort : la roussette et Dieu », Notes africaines, n°25, janvier 1945, p.14.

« Un oiseau de bon et mauvais augure, le “Diokala” des bambara et des malinkés », Notes africaines, n°25, janvier 1945, p. 23

« Fausses accusations et croyances religieuses au Soudan français », Notes Africaines, n°29, janvier 1946, p.15-16

« Un oiseau porte-malheur : le konko-donon », Notes Africaines, n°29, janvier 1946, p.16-17.

« Une pluie de grêle à Sékodoni (Soudan) », Notes Africaines, n°29, janvier 1946, p.22.

« Chez des Dian de Diébougou (Cercle de Gaoua, Côte d’Ivoire) », Notes Africaines, n°30, avril 1946, p.13-14.

« Mortiers porte-bonheur (région de Kita, soudant français) », Notes Africaines, n°31, 1946, p.14-15.

 « Légende autour des génies nains en Afrique noire», Notes africaines, n°47, juillet 1950, p.100

« Les gens de caste ou nyamakala au Mandé », Notes Africaines, n°81, janvier1959, p. 13-16 et Notes Africaines, n°82, avril 1959, p. 41-50.

« Soundiata Keita, héros historique et légendaire, empereur du Manding », Notes Africaines, n°82, avril 1959, p. 41-50.

Manuscrits non publiés

Enquête sur l’habitation indigène dans le cercle de Kita, 1930.

Contribution à l’étude de l’histoire locale et des coutumes indigènes du Soudan, 1930.

De la littérature Orale au Mali : ses caractères généraux, sans date.

La ville et la Région de Tombouctou du XIIeme siècle à nos jours, sans date.

La cérémonie rituelle du Camabolon en 1961.

Sur Mamby Sidibé

Salvanos, « Figures de l’enseignement : M. Mamby Sidibé », Paris-Dakar, n°680, 28 avril 1938, p.2.

Hopkins Nicholas, « Mamby Sidibé (1891-1977), Malian anthropologist and militant », Mande Studies 15, 2013, pp.5-41.

3 réflexions sur « Mamby Sidibé (1891-1977) »

  1. Bonjour Monsieur Coulibaly,

    Je suis un des petits-fils de Mamby Sidibé.
    Merci pour ce que vous faites.

    Amadou Diallo.

  2. Formidable! Il est pourtant peu connu des milieux intellectuels et de la jeunesse du Mali bien que le lycée de Kati porte son nom. Je l’ai connu personnellement. Il était le représentant du Birgo à Bamako.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search