Mamadou Traoré (Ray Autra)(1916-1991)

Elève à l’école normale Ponty de 1934 à 1937, il entame sa carrière professionnelle en tant qu’instituteur. De 1947 à 1951, il s’est mis en disponibilité et devint « agent d’affaires »[1] puis dirigea Coup de bambou, le journal de la section guinéenne du RDA. De 1951 à 1955, il fut muté au Niger et au Dahomey, du fait de son « attitude subversive »[2] et notamment de ses articles dans Coup de Bambou. Ray Autra a créé et collaboré à plusieurs organes de presse (Servir l’Afrique, Coup de Bambou, Le réveil, Phare de Guinée). Vers la liberté est un pamphlet ouvertement anticolonialiste. Mamadou Traoré est condamné à des amendes à plusieurs reprises pour ses écrits considérés comme virulents[3]. En 1955, il devint membre du comité éditorial de la revue Présence africaine. Très actif sur le plan politique, il est l’un des membres fondateur du RDA en Guinée et de sa branche guinéenne, le Parti Démocratique de Guinée.

Au moment de l’indépendance de la Guinée, Mamadou Traoré est recruté au poste de directeur adjoint de l’Institut National de Recherche et de Documentation Guinéen, succédant au Centre IFAN de Guinée, et dirigé par Jean Suret Canale. Il est également l’un des responsables du syndicat des enseignants. En 1961, lors du « complot des enseignants », il a été condamné à dix ans prison par le régime de Sékou Touré. Face à la pression internationale, il est libéré et envoyé comme ambassadeur en Algérie. A son retour en Guinée, en janvier 1965, il est nommé directeur de l’INRDG[4]. De 1978 à 1984, il s’est réfugié au Sénégal, à Dakar, où il a été recruté comme chercheur au département d’anthropologie culturelle du désormais Institut Fondamental d’Afrique Noire.

Bibliographie

« Jeux et jouets des enfants foula », BIFAN, Tome 2, n°1-2, 1940, p.237-247.

« Savez-vous comment les Noirs de Guinée appellent le mois de février ? », Notes africaines, n°14, avril 1942, p.6.

Vers la liberté, 1950 (manuscrit), publié en 1961 à Pékin, Librairie du Nouveau Monde, 64p.

Guide de l’instituteur africain, Comité de coordination des syndicats d’instituteurs africains par l’action syndicaliste universitaire, 1952, 96p.

« Historique de l’enseignement en AOF », Présence Africaine, n°6, Fév.- Mars 1956, p.68 – 86.

« La république de Guinée », Etudes Guinéennes, 1959, p.7-18.

Autra Ray et Sampil Mamadou, « Notes ethnographiques recueillies en pays kissien », Recherches africaines, n°3, juil.- sept. 1960, p.8-67.

«“Afrique Noire, géographie, Civilisations, Histoire”, un livre de Jean Suret-Canale», note de lecture de Mamadou Traore Ray Autra, Recherches africaines, n° 3, juillet-septembre 1960, 3 p.

« L’institut de recherche et de documentation (1944-1964) », Recherches africaines, janvier-décembre 1964, p.5-35.

(Avec Djibril Tamsir Niane) Sikasso ou la dernière citadelle, Paris, JP Oswald, 1971.

« Des repas cérémoniels en Guinée », Notes africaines, n° 155, 1977, p.74-81

« Quelques aspects de la vie communautaire au sein des collectivités guinéennes », Notes africaines, n° 156, 1977, p.94-96

« Cuisine et culture africaine », Présence africaine, n°101-102, 1977, p.38-56

« Canons de charme et de beauté chez les femmes guinéennes », Notes africaines, n° 158, 1978, p.43-44.

« L’Afrique nécrologique au XIXème siècle », Notes africaines, n° 161, 1979, p.3-7.

« Comment les Soussous du Sénégal appellent les ressortissants de la Guinée Bissau et des îles du Cap-vert », Notes africaines, n° 162, 1979, p.42-43.

« Les unités de mesure dans l’ancienne société mandingue en Guinée », Notes africaines, n° 163, 1979, p.63-65.

« A propos des nids d’hirondelle avec une mise au point ornithologique par Babacar Ndao », Notes africaines, n°164, 1979, p.108-109.

« De l’utilisation insolite de certains articles, objets et produits d’importation », Notes africaines, n° 167, 1980, p.71-76.

« Société de tradition agraire et société de tradition pastorale en Guinée », BIFAN, Tome 42, n°2, avril 1980, p.400-433.

Sociétés de tradition agraire et société de tradition pastorale en Guinée, 1980, 432p.

« Quelques pratiques commerciales d’autrefois en Afrique noire », Notes africaines, n° 169, 1981, p.18-24.

L’interprétation des rêves dans la tradition africaine, Africa media international, 1983, 239p.

« A propos de l’indépendance de la Guinée », Bingo, n°358, décembre 1982.

« La signification de la circoncision et de l’excision » Bingo, n°360, janvier 1983, p.13-15.

[1] P. Sabatier 1977 : 312.

[2] E. Schmidt, Cold war and decolonisation in Guinea, 1946-1958, Ohio University Press, 2007, p. 38

[3] E. Schmidt, op. cit., p.39

[4] Gregory Mann, From Empire to NGOS in the west african Sahel. The road to non governemntality, Cambridge University Press, 2015, 273p.

Une réflexion sur « Mamadou Traoré (Ray Autra)(1916-1991) »

  1. Bonsoir je suis Fofana mamadou je suis ivoirien j’aimerais avoir les deux livres du professeur Traore Mamadou sur l’interprétation des rêves africain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search