Bendaoud MADEMBA Sy (1894-1957)

Né en 1894, il est le fils du fama de Sansanding Mademba Sy et de Démou Sako. C’est le frère cadet d’Abdel Kader Mademba Sy. Il fut envoyé à l’école normale William Ponty [1] et à Alger pour ses études. Il devint instituteur et fut également secrétaire du Tribunal de la subdivision de Sansanding. Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, il est instituteur en poste à Tombouctou, mais accusé de “gaullisme” par les autorités vichystes, il est révoqué et condamné à résidence à Sansanding, et ses biens confisqués[2]. Il a été membre du collège des assesseurs pour la Cour d’assises de Bamako en 1945. Il est décédé à Ségou en 1957.

Amadou Hampaté Ba évoque dans ses mémoires ses deux rencontres avec Bendaoud Mademba Sy à Sansanding, en 1919 [ou 1918]  puis en 1947, écrivant : “Ben Daoud Mademba Sy demeure pour moi l’un des hommes dont la rencontre […] a le plus profondément marqué ma vie”[3]. Hampaté Ba fait référence aux vicissitudes du destin de Bendaoud, au faîte de sa puissance quand son père était fama de Sansanding,  mais qui eut par la suite maille à partir avec les autorités de Vichy l’accusant d’être gaulliste. Quand Hampaté Ba le retrouve en 1947, il décrit l’ancien instituteur et fils de fama vivant dans une relative pauvreté, loin des fastes du début du siècle[4].

 

Bibliographie

SY Mademba Bendaoud « L’éternelle question: le divorce en pays bambara », BEAOF, n°33, 1917, p.240-245.

SY Mademba Bendaoud, « La dernière étape d’un conquérant ((odyssée des dernières années du Sultan Ahmadou de Ségou racontée par son cousin et compagnon d’infortune Mohammadou Hassmiou Tall) ” traduction bambara de Bakar Diko, BCEHSAOF, 1921, p.473-480.

SY Mademba Bendaoud, « La vie indigène à Saraféré, le ‘Djamdé’ », BEAOF, n°87, 1934, p.186189.

[1] Jézéquel Jean-Hervé , « Les “enfants du hasard” ? », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 2 | 2003, 173-199.

[2] Amadou Hampaté Ba, Amkoullel l’enfant peul, Paris, Actes Sud, 1991, p. 411.

[3] Amadou Hampaté Ba, Amkoullel l’enfant peul, Paris, Actes Sud, 1991, p. 413.

[4] Cf. pour l’ensemble des passages consacrés à Bendaoud Mademba Sy dans Amkoullel l’enfant peul, cf.  p. 397-413.

3 réflexions sur « Bendaoud MADEMBA Sy (1894-1957) »

  1. J’ai aussi par devers moi un extrait d’un début d’essai qu’il n’a pas terminé intitulé “quinze jours à Segou” où il relate une discussion qu’il a eu avec son oncle Mountaga Tall petite-fils de El Hadj Omar Tall, resistant à la penetration coloniale disparu à Bandiagara, sur la marche de la vie coloniale de l’epoque. Il a aussi precisé qu’il avait presque le même âge que son frère Abdel Kader Mademba Sy puisqu’ils avaient que quelques mois de difference d’âge. Cela se comprend puisqu’il n’étaient pas de la même mère.

  2. À la liberation, il fut rétabli dans ses droits puisqu’il touchait une pension de retraite de cadre de l’administration jusqu’à sa mort. Il fut le premier directeur de l’école de Sansanding.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search