Jean-Marie Koné (1913-1988)

Né à Sikasso le 5 octobre 1913. Son père était un employé de l’administration coloniale. JeanMarie Koné est l’ainé d’une fratrie de 10 enfants, « c’est pour cela que [son] père l’a choisi pour faire des études. [Ses] quatre frères sont toujours paysans dans un petit village des environs de Bougouni » (Jean Marie Koné, 1960 : 72). D’abord inscrit à l’école primaire de Sikasso, il poursuivit ses études à l’école Terrasson de Fougères à Bamako à partir de 1929, puis à l’école normale William Ponty (19321935). A sa sortie de l’école, il fut nommé instituteur à Gao où il est resté quatre années. Ensuite, il a été directeur de l’école de Koumandou (1939-1942), puis de nouveau instituteur à Loulouni (1942-1948) où il démarra ses activités politiques. Il milita au sein du syndicat de l’enseignement et adhéra au bloc soudanais. Avec Modibo Keita, il créa une revue ouvertement hostile au pouvoir colonial, l’œil du Kénédougou, en 1943. En 1946, il fonda et devint membre du Bureau Politique de l’USRDA, puis secrétaire général du RDA à Loulouni. Il a également été élu conseiller général du cercle de Sikasso. Ses activités politiques le conduisirent à plusieurs reprises devant les tribunaux où il fut jugé pour « ingérences dans les affaires administratives, démagogie et complicité de crime » et condamné à cinq reprises. En 1948, il fut nommé directeur de l’école de Bougouni. En 1951, il a été « rétrogradé par mesure disciplinaire » et placé comme économe au lycée de jeunes filles. Il poursuivait parallèlement ses activités politiques et en 1957, il fut nommé vice-président du premier gouvernement du Mali. En 1960, il était président de l’assemblée nationale et plusieurs fois ministre dans différents gouvernements.

Bibliographie

« Historique du chant des vautours Dougaou Be Yala », L’éducation africaine, nos 90- 91, 1935, p. 194195.

« Les sociétés de culture dans le cercle de Bougouni (Soudan français) », L’Education africaine, n°109-110, 1944-45, p.913.

« Autobiographie de Jean Marie Koné, homme d’Etat », Réalités, Paris, 1960, juin, p. 7175.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).