Hamet SOW TELEMAQUE (1890-1946)

Né en 1890 à Saldé (Sénégal). Son père est interprète principal des affaires indigènes. Il a fréquenté l’école de garçons de Saint Louis et est nommé instituteur à Carabane (Casamance) en 1907, puis à Rufisque, l’école Brière de l’Isle à SaintLouis et à l’école de village de Ndandé en 1922. Il démissionne de son poste d’instituteur en 1924. Il se consacre ensuite à la vie politique saintlouisienne, il est alors un fervent opposant de Blaise Diagne. Parallèlement, il s’impose comme journaliste politique et tente de faire émerger une presse indépendante en créant différents organe de presse dont la durée de parution reste pour autant très limitée : Action Sénégalaise, organe de défense des intérêts politiques et économiques du Sénégal (1931), Le progrès, journal hebdomadaire défendant les intérêts du Sénégal et des colonies (1934), Eclaireur de la Côte d’Ivoire, défense des intérêts généraux de la côte d’Ivoire (1935). En 1936, il lance L’impartial de la Côte d’Ivoire mais sans soutien financier, il est contraint de renoncer à son projet. Comme de nombreux instituteurs sénégalais de sa génération, il critique sévèrement l’école rurale populaire et lutte pour l’égalité des droits entre sujets et citoyens. Après la Seconde guerre mondiale, il milite au sein de la SFIO de Lamine Gueye. Il est maire de St Louis de juillet 1945 jusqu’à sa mort en avril 1946.

Publications

« Contes ouolofs », BEAOF, n°13, 1914, pp.380382.

(avec DIAGNE Amadou Mapaté), “Folkore: Origine des griots”, BEAOF, n°25, 1916, pp.275278.

« Les noirs et la guerre », BEAOF, n°36, 1917, pp.4749.

2 réflexions sur « Hamet SOW TELEMAQUE (1890-1946) »

  1. Oui, l’histoire est repétitive. Les grands esprits engendrent les grands esprits. Il n’en est pas autrement. Ce que grand père a fait les petits enfants en feront de meilleurs.
    Que Dieu veille sur eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search