Francis Marius Mensan Covi (1905-1966)

Né le 05 février 1905 à Ouidah au Dahomey. Il a fréquenté l’École Régionale de Ouidah, l’École Primaire Supérieure (EPS) Victor Ballot, puis l’École William Ponty (1919-1922). Sorti troisième de sa promotion, il bénéficia alors d’une bourse de trois ans pour poursuivre sa formation en métropole à l’ENI d’Aix. Cette bourse attribuée par le gouvernement général de l’AOF a touché une minorité de lettrés africains et leur a permis d’intégrer le cadre supérieur de l’enseignement. Son séjour en Provence s’est assez mal déroulé malgré l’obtention des diplômes demandés (BE, BS, CAP et CAEG). Covi s’est heurté, comme ses condisciples de l’AOF, à la sévérité du directeur Auguste Gleyze ; il fut contraint de redoubler sa dernière année en 1925. De retour au Dahomey en 1926, Covi intègra le cadre supérieur de l’enseignement seulement le 28 mars 1929. Il exerça d’abord son métier d’instituteur comme adjoint au directeur à l’École Régionale de Porto-Novo (1927-1929), puis comme directeur de l’École d’Attaké (1929). Entre 1929 et 1934, il prend la direction de l’École Régionale de Cové. Covi obtint le statut de citoyen français le 2 février 1934 après une première demande rejetée le 27 mai 1929. Dans la deuxième partie de sa carrière, il eut des postes plus prestigieux comme adjoint au directeur de l’EPS Victor Ballot (1934-1936 et 1937-1942) ou adjoint au directeur de l’École des Fils de chefs d’Abomey (1936-1937). Il termina sa carrière dans le secondaire en tant que chargé d’enseignement à partir de 1953 à Victor Ballot devenu collège et lycée.

Les changements institutionnels intervenus au lendemain de la Seconde Guerre mondiale sont l’occasion pour Covi de se lancer en politique. Il adhéra à l’Union Progressiste Dahoméenne (UPD) et fut élu conseiller général en 1946 devenant un acteur incontournable de cette assemblée. Il a été réélu en 1952 et 1957. Covi avait suivi Apithy lorsqu’il a fondé le Parti Républicain du Dahomey (PRD). Il fut enfin Sénateur de l’éphémère Communauté (1959-1961), puis Président de l’Assemblée nationale du Dahomey à l’indépendance. Il est mort le 14 novembre 1966 à Porto-Novo.

Olivier Jouanneau

Bibliographie

« Le culte des Fétiches dans la région de Zagnanado, fêtes et cérémonies », L’Éducation africaine, n°85, 1934, p. 9-23

« Les conférences de Porto-Novo », France-Dahomey, n°25, 28 mars 1953.

« Les problèmes de l’Enseignement au Dahomey », France-Dahomey, 28, 29, 30, 31, 32, avril 1953.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search