Emile Badiane (1915-1972)

Emile Badiane est né à Tendième dans le département de Bignona en Casamance au Sénégal en 1915. Il est décédé en 1972 à Dakar. Pontin, instituteur et homme politique, Emile Badiane est une figure majeure de l’histoire contemporaine du Sénégal.

Élève à l’école de Bignona, il intègre ensuite l’école Blanchot en 1929, puis l’École Normale William Ponty en 1932 à Gorée dont il est diplômé en 1935. A son arrivée à Ziguinchor, il fut accueilli par une foule d’élèves venus honoré le brillant normalien. Paul Ignace Coly, alors élève à l’école régionale de Ziguinchor raconte l’événement :

« Quand Emile Badiane, en 1935, est sorti major de sa promotion, il y a eu une fête formidable…un défilé a eu lieu à Ziguinchor. Les écoles de Ziguinchor ont organisé une marche pour la réception du major…un casamançais devenu major de l’AOF, un Diola c’était formidable, il était le seul casamançais »[1].

Ce témoignage illustre ce que représenta à partir de ce moment-là Emile Badiane pour les populations de Casamance. Son engagement professionnel, en tant qu’éducateur, puis/et politique, ne firent qu’accroitre son aura.

A sa demande, Emile Badiane a effectué l’essentiel de sa carrière en Casamance, dans les villages des cercles et subdivisions de Sédhiou, Ziguinchor et Bignona principalement. De 1936 à 1947, il a servi comme directeur adjoint à l’école régionale de Sédhiou, puis directeur de l’école de Goudomp (1936-1938), à Bassire (1938-1942), à Dianki (1942-1944) et à Balingore (1944-1946) en Casamance puis à Podor d’avril à décembre 1946. Il a dirigé ensuite l’école normale de Sédhiou de 1947 à 1951, où étaient désormais formés les instituteurs, et enfin de 1951 à 1957, l’école de Nyassia. Il obtint le Diplôme d’Aptitude Professionnelle en 1943[2]. Il est détaché de ses fonctions d’enseignant en 1958 pour assumer des responsabilités politiques au sein du gouvernement sénégalais.

Parallèlement à ses activités d’enseignement, il s’engagea politiquement après la Seconde guerre mondiale. Emile Badiane a crée – avec Ibou Diallo également instituteur ainsi que d’autres instituteurs (Yoro Kandé, Paul Ignace Coly…) –le Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC), dont les statuts ont été publiés en 1949. Le MFDC est un mouvement politique qui vise à promouvoir le développement économique et social et à défendre les intérêts de la région, éloignée du centre de la colonie et non représentée, selon ses fondateurs, par les membres de la SFIO. Allié au BDS de Senghor et Dia, Emile Badiane fit un travail de terrain considérable pour rallier les populations casamançaises au parti de Senghor contre le parti de Lamine Gueye. De 1952 à 1960, conseiller territorial de Ziguinchor, il joua un rôle majeur, notamment dans le développement de la scolarisation, la création d’infrastructures scolaires et sanitaires, dans sa région natale, où son influence était alors considérable. Il fut également secrétaire général de l’union régionale de l’Union Progressiste Sénégalaise de la Casamance de 1962 à 1972. A l’indépendance du Sénégal, et tout au long des années 1960, il a occupé plusieurs postes de secrétaire d’Etat et de Ministre : secrétaire d’Etat à la présidence du conseil, chargé de l’information, de la radiodiffusion et de la presse (1959-1960) puis ministre de l’enseignement technique et de la formation des cadres de 1960 à 1970 et enfin ministre de la coopération jusqu’à sa mort en 1972. Le lycée agricole de Bignona porte son nom.

Bibliographie

(avec Mamadou Sylla) « Le maïs », L’Education Africaine, n°90-91, 1935, p. 218-228

« La culture de l’arachide en Basse-Casamance », L’Education Africaine, n°94, 1936, p.112-118

Publications sur Emile Badiane

Gassama Makhily (dir.), Emile Badiane. Le paysan, l’éducateur et l’homme d’Etat, Abis éd., Dakar, 2011, 101p.

Dabo Abdoulaye, Histoire d’un triple compagnonage : Ibou Diallo-Emile Badiane, Casamance- Léopold Sédar Senghor, Mfdc-Bsd.

Sur le Web

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89mile_Badiane 

[1] Entretien de Céline Labrune-Badiane avec Paul Ignace Coly, 18 août 2004 à Bignona.

[2] Emile Badiane eut le sujet suivant à l’épreuve de « vie indigène » : « Le droit de propriété chez les diolas de Dianki : règles suivies, règlement des litiges, action de l’administration française à ce sujet » (note 18/20).

 

 

Une réflexion sur « Emile Badiane (1915-1972) »

  1. NOUS AVONS CONSTATTE QUE LES VAL DIODIO NDIAYE , LES SENGHORS ,MAMADOU DIA , CHEIKH ANTA DIOP, ETC, FONT L’OBJET DES DEBATS SUR LES TELE SENEGALAISES MAIS QUAND A EMILE BADIANE , IBOU DIALLO, ON EN FAIT SILENCE DE MORT. POURQUO ?
    JE NE POURRAI PAS FINIR SANS VOUS REMERCIER POUR VOTRE EXPOSE SUR LA VIE POLITIQUE DE EMILE BADIANE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search