Dominique Traoré (1891-1972)

Né vers 1891 à Dosso au Niger. Il a fréquenté l’école régionale de Ségou (19041908), puis l’école des fils de chefs de Kayes (19081909) et enfin l’école normale des instituteurs de Gorée (de 1909 à 1912). Dominique Traoré est successivement instituteur à BoboDioulasso, Gaoua, Hombori, Ouagadougou, Banfora, Ouahigpuya, Sikasso entre 1913 et 1944. En 1931, il obtint le Diplôme d’aptitude professionnelle (DPA). En 1944, il fut détaché à l’IFAN, à Bamako, où il poursuivit, non sans difficultés, ses recherches. Il y est resté jusqu’à sa mise à la retraite en 1951. Mort le 19 mars 1972 à Sikasso.

Il militait au sein du RDA.

Mention honorable agricole, 1921

Bibliographie

« Folklore soudanais : les offrandes aux mânes chez les Bambaras de Ségou (Soudan français) », Outre-mer, juin-septembre 1932, pp.107-118.

« Notes sur Samory », L’Education Africaine,  n° 85, Janvier-Mars 1934, pp. 24-30.

« Notes sur les mœurs et les coutumes Lobi », L’Education Africaine, n° 89, Janvier-Mars 1935, pp. 49-57.

« Notes sur le royaume mandingue de Bobo », L’Education Africaine, n°96, janvier-juin 1937, pp. 58-77.

« Contribution à l’étude des croyances indigènes de l’Ouest Africain Français », L’Education Africaine, n° 105, 1941, pp. 19-29.

“Yaro Hā ou mariages, entre femmes chez les Bobo Niéniégué”, Journal de la Société des Africanistes, 1941, tome 11, pp. 197-200.

« Une indiscrétion punie chez les Bobofing de la Haute Côte d’Ivoire », Notes africaines, n°31, 1946, p.21.

« La volonté humaine responsable du mal d’après les Bambaras du Soudan Français », Notes africaines, n°32, octobre 1946, p.20.

« Destruction des rats de case », Notes africaines, n°33, 1947, p.17.

« Les termites, médicament anti-venimeux », Notes africaines, n°33, 1947, p.17-18.

« Le téré chez les Bambaras de Ségou », Notes africaines, n°33, 1947, pp.29-30.

« Fondation, vicissitude de la province Ganan du cercle de Sikasso », Notes africaines, n°33, 1947.

« Samaniana Bassi », Notes africaines, n°34, avril 1947, pp.1-3.

« La fatalité du destin au Soudan », Notes africaines, n°34, avril 1947, pp.26-27.

« Sagesse d’une femme de magistrat », Notes africaines, n°34, avril 1947 pp. 26-27.

« Makanta Djigui, fondateur de la magie soudanaise », Notes africaines, n°35, 1947, pp. 23-25.

« Sur les origines de la ville de Bamako », Notes africaines, n°35, 1947, pp. 26-27.

« Une seconde légende relative à l’origine de la ville de Bamako », Notes africaines, n°40 1948, p. 7.

« La condition de l’esclave bawa gandou dans l’ancien royaume peul de Sokoto », Notes africaines, n°40, 1948, p.13.

« Conte bambara : Comment reconnaître un futur brave homme », Notes africaines, n°40, 1948, p.13.

« Les mesures locales soudanaises », Notes africaines, n°43, 1949, p.81.

« Cérémonie de purification chez la population Lobi du cercle de Gaoua », Notes africaines, n°43, juillet 1949, p.82.

« Les relations de Samory et de l’état de Kong », Notes africaines, n°47, 1950, pp. 96-97.

« Mariage entre femme chez les indigènes de la tribu Niéniégué de la subdivision de Houndé (cercle de Bobo-Dioulasso), Les Temps modernes, n°61, novembre 1950.

« Une indiscrétion punie chez les Bobo-Fing de la Haute Cote d’Ivoire », Notes africaines, n°31, juillet 1946, p.21.

L’âme africaine à travers sa médecine, Sikasso, éditions polycopiée, 1960

Comment le noir se soigne-t-il ? Médecine et magie africaine, Paris, Présence africaine, 1965, 647p.

Manuscrits non publiés

Les débuts de Bamako (Note historique) – Soudan Français

Un partage difficile (conte) – Soudan Français

Gnakourou et ses trois prétendants (conte) – Soudan Français

Le coq et le chat sauvage (conte) – Soudan Français

Sagesse d’un enfant de huit ans (conte) – Soudan Français

Savoir s’habiller (conte) – Soudan Français

L’égoïsme puni (Conte) – Soudan Français

L’hyène et le crapaud (Conte) – Soudan Français

N’Zié le psychologue (Conte) – Soudan Français

Niveau de vie et d’alimentation de l’indigène de caste Tagoua du cercle de Bobo Dioulasso

Notes sur la tribu Ouagara de la subdivision de Banfora (Cercle de Bobo-Dioulasso)

Causes de mécontentement de Babemba Traoré

Odyssée d’un aristocrate noir

4 réflexions sur « Dominique Traoré (1891-1972) »

  1. bonjour j’aimerai savoir en quel langue ou folklore sont écrits les verset du coran dans le livre de DOMINOQUE TRAORE intitulé MAGIE ET MEDINE AFRICAINE merci d’avance

Répondre à Dramane Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search