Dominique Traoré (1891-1972)

Né vers 1891 à Dosso au Niger. Il a fréquenté l’école régionale de Ségou (19041908), puis l’école des fils de chefs de Kayes (19081909) et enfin l’école normale des instituteurs de Gorée (de 1909 à 1912). Dominique Traoré est successivement instituteur à BoboDioulasso, Gaoua, Hombori, Ouagadougou, Banfora, Ouahigpuya, Sikasso entre 1913 et 1944. En 1931, il obtint le Diplôme d’aptitude professionnelle (DPA). En 1944, il fut détaché à l’IFAN, à Bamako, où il poursuivit, non sans difficultés, ses recherches. Il y est resté jusqu’à sa mise à la retraite en 1951. Mort le 19 mars 1972 à Sikasso.

Il militait au sein du RDA.

Mention honorable agricole, 1921

Bibliographie

« Folklore soudanais : les offrandes aux mânes chez les Bambaras de Ségou (Soudan français) », Outre-mer, juin-septembre 1932, pp.107-118.

« Notes sur Samory », L’Education Africaine,  n° 85, Janvier-Mars 1934, pp. 24-30.

« Notes sur les mœurs et les coutumes Lobi », L’Education Africaine, n° 89, Janvier-Mars 1935, pp. 49-57.

« Notes sur le royaume mandingue de Bobo », L’Education Africaine, n°96, janvier-juin 1937, pp. 58-77.

« Contribution à l’étude des croyances indigènes de l’Ouest Africain Français », L’Education Africaine, n° 105, 1941, pp. 19-29.

“Yaro Hā ou mariages, entre femmes chez les Bobo Niéniégué”, Journal de la Société des Africanistes, 1941, tome 11, pp. 197-200.

« Une indiscrétion punie chez les Bobofing de la Haute Côte d’Ivoire », Notes africaines, n°31, 1946, p.21.

« La volonté humaine responsable du mal d’après les Bambaras du Soudan Français », Notes africaines, n°32, octobre 1946, p.20.

« Destruction des rats de case », Notes africaines, n°33, 1947, p.17.

« Les termites, médicament anti-venimeux », Notes africaines, n°33, 1947, p.17-18.

« Le téré chez les Bambaras de Ségou », Notes africaines, n°33, 1947, pp.29-30.

« Fondation, vicissitude de la province Ganan du cercle de Sikasso », Notes africaines, n°33, 1947.

« Samaniana Bassi », Notes africaines, n°34, avril 1947, pp.1-3.

« La fatalité du destin au Soudan », Notes africaines, n°34, avril 1947, pp.26-27.

« Sagesse d’une femme de magistrat », Notes africaines, n°34, avril 1947 pp. 26-27.

« Makanta Djigui, fondateur de la magie soudanaise », Notes africaines, n°35, 1947, pp. 23-25.

« Sur les origines de la ville de Bamako », Notes africaines, n°35, 1947, pp. 26-27.

« Une seconde légende relative à l’origine de la ville de Bamako », Notes africaines, n°40 1948, p. 7.

« La condition de l’esclave bawa gandou dans l’ancien royaume peul de Sokoto », Notes africaines, n°40, 1948, p.13.

« Conte bambara : Comment reconnaître un futur brave homme », Notes africaines, n°40, 1948, p.13.

« Les mesures locales soudanaises », Notes africaines, n°43, 1949, p.81.

« Cérémonie de purification chez la population Lobi du cercle de Gaoua », Notes africaines, n°43, juillet 1949, p.82.

« Les relations de Samory et de l’état de Kong », Notes africaines, n°47, 1950, pp. 96-97.

« Mariage entre femme chez les indigènes de la tribu Niéniégué de la subdivision de Houndé (cercle de Bobo-Dioulasso), Les Temps modernes, n°61, novembre 1950.

« Une indiscrétion punie chez les Bobo-Fing de la Haute Cote d’Ivoire », Notes africaines, n°31, juillet 1946, p.21.

L’âme africaine à travers sa médecine, Sikasso, éditions polycopiée, 1960

Comment le noir se soigne-t-il ? Médecine et magie africaine, Paris, Présence africaine, 1965, 647p.

Manuscrits non publiés

Les débuts de Bamako (Note historique) – Soudan Français

Un partage difficile (conte) – Soudan Français

Gnakourou et ses trois prétendants (conte) – Soudan Français

Le coq et le chat sauvage (conte) – Soudan Français

Sagesse d’un enfant de huit ans (conte) – Soudan Français

Savoir s’habiller (conte) – Soudan Français

L’égoïsme puni (Conte) – Soudan Français

L’hyène et le crapaud (Conte) – Soudan Français

N’Zié le psychologue (Conte) – Soudan Français

Niveau de vie et d’alimentation de l’indigène de caste Tagoua du cercle de Bobo Dioulasso

Notes sur la tribu Ouagara de la subdivision de Banfora (Cercle de Bobo-Dioulasso)

Causes de mécontentement de Babemba Traoré

Odyssée d’un aristocrate noir

4 réflexions sur « Dominique Traoré (1891-1972) »

  1. bonjour j’aimerai savoir en quel langue ou folklore sont écrits les verset du coran dans le livre de DOMINOQUE TRAORE intitulé MAGIE ET MEDINE AFRICAINE merci d’avance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search