Daniel Ouezzin Coulibaly (1909-1958)

Né vers 1909 à Pouy en HauteVolta. Fils de la grande prêtresse Sémiolé du pays Bobo. Il fréquente l’EPS de Ouagadougou au même moment que Boubou Hama. Il est ensuite normalien à l’école William Ponty de 1925 à 1928. De 1928 à 1932, il est instituteur à Ouagadougou et à Bobo Diolasso, puis directeur d’école à Banfora à partir de 1932. En décembre 1935, il est affecté à l’école normale William Ponty comme surveillant général. Il y est aussi chargé de l’enseignement de la psychologie et de la pédagogie théorique et pratique en 1942. En 1943, il obtient le diplôme supérieur d’aptitude professionnelle (DSAP) et est intégré en janvier 1944 dans le cadre supérieur de l’enseignement du primaire. En 1945-1946, il est directeur de secteur scolaire.

Parallèlement à ses activités d’enseignement, Ouezzin Coulibably est engagé dans la vie associative, syndicale, intellectuelle et politique au Sénégal, en Côte d’Ivoire et en HauteVolta. Il a cofondé le syndicat des enseignants à Dakar en 1937[1]. Il est secrétaire au sein du bureau de l’Amicale William Ponty en 1943, composée d’anciens élèves de toutes les sections. En dehors de cette association, Ouezzin instaure avec des amis tels que « Abdoulaye Sadji […], Doudou Guèye, Fara Sow et bien d’autres intellectuels une rencontre hebdomadaire à Rufisque pour échanger sur l’égalité des droits de l’homme dans l’espace africain »[2]. Il s’engage aussi en politique en Côte d’Ivoire puis en HauteVolta. Aux élections de l’assemblée constituante en 1945, il retire sa candidature au profit de Félix Houphouët Boigny[3]. Il fait partie des membres fondateurs du RDA en 1946. Le 10 novembre 1946, Ouezzin Coulibaly est élu député de la Côte d’Ivoire à l’Assemblée constituante française. Il publie des articles dans Réveil (Dakar), L’action, Combat, l’Eveil de l’Afrique… Il dirige également le journal Le démocrate, journal du Parti Démocratique de la Côte d’Ivoire (section ivoirienne du RDA) de 1948 à fin 1951. En 1951, il est grand conseiller de la Côte d’Ivoire. En 1953, il devient sénateur, réélu en 1955, il démissionne l’année suivante. En 1956, il est élu député à l’Assemblée Nationale. En 1957, il est élu conseiller territorial du cercle de Banfora. La même année, il est vice-président du Conseil de Gouvernement de la Haute-Volta. Il meurt à Paris en 1958.

 

Bibliographie

« Sur l’éducation des femmes indigènes », L’Education Africaine, n°99-100, 1938, pp.3336.

« Copier servilement la culture occidentale, c’est nuire à la personnalité de nos races », Dakar-jeunes, n°8, 26 février 1942, p.3.

« Créer une culture franco-africaine », Dakar-Jeunes, n°11, 19 mars 1942, p.2

« La colonisation française vue par un indigène évolué. La magnifique aventure des noirs français », Dakar-Jeunes, 4 juin 1942.

« Revendication du personnel africain de l’enseignement », Réveil, 22 et 26 janvier 1948.

« La colonisation française vue par un Africain », Paris-Dakar, 13 novembre 1948, p.4

« L’enseignement en Afrique noire française», Europe, numéro spécial « Florilège africain », 1er mai, 1949, pp.5670.

Manuscrits

« La colonisation française vue par un évolué indigène », Semaine Coloniale du 15 au 21 juillet 1941, 6p.

Sur Ouezzin Coulibaly

Doudou Guèye, Cahier de la Fondation Félix Houphoüet-Boigny – Daniel Ouezzin Coulibaly, le Lion du RDA, Inter Afrique Presse, 1977

Combat pour l’Afrique : 1946-1958, lutte du RDA pour une Afrique nouvelle / textes de D. Ouezzin Coulibaly, présentés par Claude Gérard, Abidjan, Les nouvelles éditions africaines, 1988, 531p.

Semi-Bi Zan, Ouezzin Coulibaly, Le Lion du RDA, Éditions Puci, 1995

Salfo-Albert Balima, Un combattant pour une Afrique Nouvelle : Le Président Daniel Ouezzin Coulibaly 1909-1958, [sd], 323p.

Merneptah Noufou Zougmoré, « Daniel Ouezzin Lazare Coulibaly : l’homme qui crut au RDA », Mutations, 5 janvier 2014.

[1] Avec Alioune Sarr, Abdou Camara. Cf J.H.Jézéquel, 2002, p.390

[2] Merneptah Noufou Zougmoré, « Daniel Ouezzin Lazare Coulibaly : l’homme qui crut au RDA », Mutations, 5 janvier 2014.

[3] Merneptah Noufou Zougmoré, ibidem

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).