Boubou Hama (1907-1982)

Né à FonékoTéra dans la région de Tillabéry (Niger) en 1907. Ses parents sont des « gens castés » (Kaziendé, 2016 : 22). Il est contraint d’entrer à l’école préparatoire de Téra (19161918). Il poursuit sa scolarité primaire à l’école régionale de Dori (19181924), entre à l’EPS de Ouagadougou (19241926) où il est l’élève de Mamby Sidibé et de Dominique Traoré. Ensuite, il est admis à l’école normale Ponty (19261929). Premier instituteur nigérien de la colonie du Niger, Boubou Hama enseigne à l’école régionale de Niamey (19291935), à l’école élémentaire de Tillabéry (19351938) ainsi qu’à l’école Professionnelle et à l’Ecole Primaire Supérieure de Niamey (19381945). En 1937, il adhère au syndicat des enseignants. En 1939, il obtient le Diplôme d’Aptitude professionnelle. Enfin, il est affecté à l’école régionale de Dori (19451946) par mesure disciplinaire, son enseignement étant jugé subversif et anti-français[1]. L’année suivante, il est mis en congé. Parallèlement à ses activités d’enseignant, il mène des recherches sur l’histoire du Niger et publie des ouvrages et des articles. Ses premiers articles publiés dans l’Education Africaine ont constitué une « aide précieuse »[2] pour Jean Rouch qui travaillait alors sur les Songhay. De 1954 à 1957, il est nommé responsable de l’IFAN à Niamey, qui devient l’Institut de Recherches en Sciences Humaines. Il y constitue un fonds de manuscrits ajami et arabes. Après l’indépendance du Niger, il dirige le centre régional de documentation pour la tradition orale. Il a surtout créé la « vallée de la culture » à Niamey, qui réunit le musée national (auquel il a fourni ses collections d’objets ethnographiques), l’Institut de recherches en sciences humaines (IRSH), le centre d’études linguistiques et historiques par tradition orale (CELTHO), le centre culturel franconigérien (CCFN), l’imprimerie nationale et le ministère de l’Information.  Il a fondé l’agence de coopération culturelle et technique des pays de langue française en 1970 à Niamey.

Boubou Hama mène aussi une carrière politique de premier plan. Militant au sein du Parti Progressiste du NIger/RDA,  qu’il a dirigé de 1955 à 1974, il a été élu conseiller territorial du Niger (1946), grand conseiller de l’AOF en 1947, député du Niger (19461952 puis de nouveau en 1958). Enfin, il fut président de l’Assemblée Nationale du Niger, de 1958 à 1974. Après la chute du régime, il est emprisonné de 1974 à 1977 .

 Liens 

http://www.academieoutremer.fr/academiciens/fiche.php?aId=862

https://fr.wikipedia.org/wiki/Boubou_Hama

Bibliographie

« Note sur les Holès », L’Education africaine, n°105, 1941, p. ?

« Note sur les Holès (suite) », l’Education africaine, n°108, 1943, p. 29-34

« Le culte des ancêtres dans le cercle de Tillabéry (Niger) », Notes africaines, 1944-1945, p. ?

« Le culte des ancêtres. Quelques tableaux de la vie d’un prêtre de la terre », Notes africaines, n°31, juillet 1946, p.22-23

(Avec Docteur Jean Boulnois) L’empire de Gao, histoire, coutumes et magie des Songhay, (préface de Théodore Monod), Paris, Librairie d’Amérique et d’orient, 1954, 182p.

« Langage d’association d’âge et langages secrets », Notes africaines, n°64, octobre 1954, p.117-118

« L’esprit de la culture Sonraï », Présence africaine, Numéro spécial « contribution au premier congrès des écrivains et artistes noirs », XIV-XV, 1957, p.149-154

(avec M. Guilhem) Histoire du Niger, Paris, Ligel, 1965, 316p.

Enquête sur les fondements et la genèse de l’unité africaine, Paris, Présence africaine, 1966, 568p.

Liberté nationale et solidarité internationale, Niamey, Imprimerie générale du Niger, 1966, 57p.

Histoire du Gobir et du Sokoto, Paris, Présence africaine, 1967, 167 p.

Recherches sur l’histoire des touaregs sahariens et soudanais, Niamey, Paris, Publication de la république du Niger, Présence africaine, 1967, 556p.

L’histoire traditionnelle d’un peuple : les Zarma –Songhoy, Paris, Présence africaine, 1967, 280p.

Histoire des Songhay, Paris, Présence africaine, 1968, 369p.

Contribution à la connaissance de l’histoire des peuhls, Paris, Présence africaine, 1968, 366p.

Essai d’analyse de l’éducation africaine,  Paris, Présence africaine, Publication de la République du Niger, 1968, 395p.

L’exode rural, un problème de fond, Niamey, éd. de la Croix-Rouge nigérienne, 1968, 71p.

Kotia-Nima : Rencontre avec l’Europe, tome 1, Paris, Présence africaine, 1968, 167p.

Kotia-Nima : Rencontre avec l’Europe, tome 2, Paris, Présence africaine, 1968, 189p.

Kotia-Nima : Rencontre avec l’Europe, tome 3, Paris, Présence africaine, 1969, 279p.

Manta mantaari, épopées songhay, multigraphié, Niamey, centre de recherches en sciences humaines, 1969, 46p. (Texte en langue Songhay)

Histoire traditionnelle d’un village songhay, Fonéko, Paris, Présence africaine, République du Niger, 1970, 74p.

Merveilleuse Afrique, Paris, Présence africaine, Publication de la République du Niger, 1971, 275p.

L’extraordinaire aventure de Bi kado, Paris, Présence africaine, 1971, 631p.

Cet autre de l’homme, Paris, présence africaine, 1972, 215p.

Le retard de l’Afrique : essai philosophique, Paris, Présence africaine, 1972, 97p.

(Avec A. Clair) L’aventure d’Albarka, Paris, Julliard, 1972, 253p.

Le double d’hier rencontre celui de demain, Paris, 10/18, 1973, 442p.

Les problèmes brûlants de l’Afrique, Tome 1 : Pour un dialogue avec nos jeunes. Démarches pédagogiques, Paris, P. J. Oswald, 1973, 176p.

Les problèmes brûlants de l’Afrique, Tome 2 : Changer l’Afrique, Paris, P. J. Oswald, 1973, 144p.

Les problèmes brûlants de l’Afrique, Tome 3 : Prospective, Paris, P. J. Oswald, 1973, 128p.

Hon si suba ben, aujourd’hui n’épuise pas demain, Paris, P. J. Oswald, 1973, 153p.

 (Avec C. Dejean) Bagouma et Tiégouma, 2 volumes, Paris, Présence africaine, 1973, 285p. et 216p.

Les grands problèmes de l’Afrique des indépendances, Paris, P. J. Oswald, 1974, 127p.

L’empire songhay, ses ethnies, ses légendes et ses personnages historiques, Paris, P.J. Oswald, 1974, 176p.

(avec A. Clair et B. Tanaka) Kangué Izé, Paris, édition la Farandole, 1974

Contes et légendes du Niger, Présence africaine, 1975, 6 volumes.

(avec A. Clair), Founya le vaurien, Paris, éd. GP, 1975, 250p.

La force du lait : drame en 8 tableaux, Niamey, centre culturel franco-nigérien, 1978, 58p.

Askia Mohammed Aboubakar : l’élhadj et le khalife, à travers la tradition et le fettach, Niamey, CELHTO, 1980, 96p.

Izé-Gani, tome 1, Paris, Présence africaine, 1985, 134p.

Izé-Gani, tome 2, Paris, Présence africaine, 1985, 110p.

(Avec Lecoq Jean-Marie), Izé-Gani : l’enfant vert, Niamey, CCFN, 1990, 32p.

Jeunesse et développement : dédié aux jeunes du Niger et d’Afrique, Niamey, édition de la Croix-Rouge nigérienne, sans date, 100p.

 

Publication sur Boubou Hama 

Moumouni, Boubou Hama, l’itinéraire de l’homme et du militant, Montréal, éd. Hurtubise, 1993.

Diouldé Y., Pénel J.D, Boubé N., Boubou Hama, Un homme de culture nigérien, Paris, L’Harmattan, 2007

Abdoulaziz Issa Daouda, Boubou Hama, conteur et romancier, UAM, IRSH, 2009.

Kaziendé, Samafou, fragments biographiques de la vie de Boubou Hama, (Préface de Jean-Dominique Plenel), Paris, L’Harmattan, 2016. (Texte écrit en 1983 d’après le préfacier)

[1] Plenel, p.208

[2] Jean Rouch, Les hommes et les dieux du fleuve. Essai ethnographique sur les populations songhay du Moyen Niger. 1941-1983. Préface Marc-Henri Piault, Paris, Éd. Artcom, 1997, 284p. 38

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).