Bernard Dadié

Né à Assinie (Côte d’Ivoire) en 1916. A partir de l’âge de 5 ans, Bernard Dadié est élevé par son oncle, un planteur, qui décide de l’inscrire à l’école française. En 19211922, il est inscrit à l’école de GrandBassam qu’il quitte précocement après avoir vu le maître battre violemment un des élèves. En 1925, il étudie à l’école primaire de Dabou, puis à Grand Bassam en 19271928 et enfin à l’école régionale de 1928 à 1930. Il réussit avec succès au CEP, ce qui lui permet d’être admis à l’EPS de Bingerville en 1931. Il compose sa première pièce de théâtre « Les villes » en 1933, présentée à Abidjan en avril 1934. Il est admis au sein de la filière administrative à l’école normale William Ponty, qu’il fréquente de 1934 à 1936, où il rencontre Ouezzin Coulibaly alors surveillant. Sa pièce « Assémien Déhylé, roi des Sanwi. Chronique agni » est jouée lors de la fête d’art scolaire devant la Chambre de commerce de Dakar, puis à SaintLouis et lors de l’Exposition Internationale à Paris en 1937. A sa sortie de l’école normale, il est d’abord affecté à l’inspection générale de l’enseignement alors sous la direction de Charton, un ami de son père Gabriel Dadié. Il est ensuite recruté à l’IFAN à Dakar en tant que bibliothécaire archiviste. Il contribue au journal Le réveil, organe du RDA. Il est secrétaire général de la section dakaroise du Comité d’études francoafricaines. En 1947, il retourne en Côte d’Ivoire. Dadié s’engage au sein du RDA et est le rédacteur en chef du Démocrate. Il est arrêté et emprisonné pour « activités anti-françaises »[1] en 1949 et reste 16 mois en prison. Il est finalement acquitté et reprend son poste de fonctionnaire à la bibliothèque puis au musée d’Abidjan. En 1953, il est chargé de la section théâtre du cercle culturel et folklorique de la côte d’Ivoire qu’il a contribué à créer. Au cours de cette période, il se consacre essentiellement à l’écriture qu’il considère comme un prolongement de son engagement politique. Après la loicadre Deferre, il exerce des responsabilités politiques au sein des nouvelles institutions mises en place. De 1957 à 1959, il est d’abord chef de cabinet du ministre de l’Education nationale, puis directeur des services de l’information (1959- 1961), directeur des beaux arts (1962-1963) et des affaires culturelles (1973-1976). De 1964 à 1972, Dadié est viceprésident du conseil exécutif de l’UNESCO. De 1977 à 1986, il est ministre de la Culture et de l’Information.

Bibliographie

Les villes, manuscrit non publié, 1934.

« Assémien Déhylé, roi des Sanwi. Chronique agni », L’album officiel de la mission pontificale, Dakar, 1936 ; BEAOF, n°96, 1937, Numéro Le théâtre indigène et la culture franco-africaine, p.17-40 (Extraits); L’Avant-Scène Théâtre, n°343, 15 octobre 1965 et éditions CEDA, Abidjan, 1979, 68p.

« Mon pays et son théâtre », L’éducation africaine, Numéro spécial sur le théâtre, 1937, pp.61-63.

« La légende de la fumée », Dakar-jeunes, n°42, 22 octobre 1942, p.3.

« Nénuphar, reine des eaux », Dakar-jeunes, n°49, 10 décembre 1942, p.4.

« Araignée, mauvais père », Dakar-jeunes, n°50, 17 décembre 1942, p.3.

« Quelques pensées », Genèse, Bulletin de l’association William Ponty, n°1, 1er avril 1945, p.29.

« Tam-tam aux arènes », « Réveil », « Chérie », Genèse, Bulletin de l’association William Ponty, n°1, 1er avril 1945, p.31.

« Tempête à Gorée », Genèse, Bulletin de l’association William Ponty, n°1, 1er avril 1945, p.35.

« La saunerie de la vieille d’Amafi », Genèse, Bulletin de l’association William Ponty, n°1, 1er avril 1945, p.36.

« La bataille des oiseaux et des animaux », Genèse, Bulletin de l’association William Ponty, n°1, 1er avril 1945, p.41.

« Puissance ! », Présence Africaine, n°1, octobre-novembre 1947, pp. 60-61.

« L’aveu », Présence Africaine, n°1, octobre-novembre 1947

« Oui je le sais ! », Réveil, n°337, 8 novembre 1948, p.2[2]

« Mémoires d’une rue », Présence africaine, 1948/3, n°5, pp.599-602.

« L’ablation », Présence africaine, 1948/3, n°5, pp.603-606.

« La haine des choses », Présence africaine, n°5, 3ème trimestre 1948, pp.810-812.

« vive qui », Présence africaine, n°5, 4ème trimestre 1948, pp.813-817.

« La vie n’est pas un rêve », Europe, n°41, mai 1949.

« Chanter l’Afrique », Présence africaine, 1949/1, n°6, pp.126-127.

 « Le corbillard de la liberté », Réveil, n°356, 21 mars 1949, p.3

« Ce que m’a donné la France », Le démocrate, n°148, 2 septembre 1949, p.2 ; n°149, 3-4 mai 1950, p.2

Afrique debout ! Paris, Seghers, 1950, 42p.

« Le sort du travailleur noir de côte d’Ivoire », Présence africaine, n°13, avril 1952, pp.242-250.

Légendes africaines, Paris, Seghers, 1954, 127p.

Le pagne noir, Paris, Seghers, 1956, 158p.

La ronde des jours, Paris, Seghers, 1956, 59p.

Climbié, Paris, Seghers, 1956, 191p.

« Misère de l’enseignement en AOF », Présence africaine, 1956/6, n°11.

« Chanter l’Afrique », Présence africaine, n°6, février-mars 1956, pp. 126127.

« Le rôle de la légende dans la culture populaire des noirs en Afrique », conférence au premier congrès des écrivains et artistes noirs, Paris, 19 au 22 septembre 1956, Présence africaine, n°spécial 1415, juinseptembre 1957, pp.165174.

« Contes », Présence africaine, 1958/3, n°20, pp.5256.

« Le conte, élément de solidarité et d’universalité », Présence africaine, 1959/4, n°2728, pp.6980.

Un nègre à Paris, Paris, Présence africaine, 1959, 217p.

« Les enchères », Présence africaine, 1960/4, n°3233, pp.149155.

« Poèmes », Présence africaine, 1965/2, n°LIV, pp. 234239.

Patron de New York, Paris, Présence africaine, 1965, 308p.

« Min adjao (C’est mon héritage !) », « Situation difficile », « Serment d’amour », in Le théâtre populaire en république de Côte d’Ivoire, Abidjan, cercle culturel et folklorique de Côte d’Ivoire, 1965, pp.87123.

Légendes et poèmes, Paris, Seghers, 1966, 260p.

Hommes dans les continents, Paris, Présence Africaine, 1967, 103p.

La ville où nul ne meurt, Paris, Présence africaine, 1968, 212p.

Sidi, maître escroc, Yaoundé, clé, 1968, 32p.

Monsieur Thôgô-Gnini,  Paris, Présence africaine, 1970, 117p.

Béatrice du Congo, Paris, Présence africaine, 1970, 149p.

Les voix dans le vent, Yaoundé, Clé, 1970, 168 p.

Iles de tempête, Paris, Présence africaine, 1973, 141p.

Papassidi, maître-escroc, Abidjan, Nouvelles éditions africaines, 1975, 79p.

« Senghor, mon parrain », Hommage à Léopold Sédar Senghor, homme de culture, Présence africaine, Paris, 1976.

Mhoi Ceul, Paris, Présence Africaine, 1979, 101 p.

Les Jambes du fils de Dieu, Abidjan, CEDA, 1980, 159 p.

Le commandant Taureault et ses Nègres, Abidjan CEDA, 1980, 126 p.

Carnet de Prison (1949-1950), Abidjan, CEDA, 1981, 335p.

Les contes de Koutou-as-Samala, Paris, Présence Africaine, 1982, 123 p.

« Le fond importe le plus », Présence africaine, n°165-166, 2002/1, pp.251-253.

Sur Bernard Dadié

MERCIER Roger, BATTESTINI Simon et Monique, Bernard Dadié, écrivain ivoirien, Paris, F. Nathan, 1964, 63p.

QUILLATEAU Claude, Bernard Binlin Dadié, l’homme et l’œuvre, Paris, Présence Africaine, 1967, 172p.

EDEBIRI Unionmwan, Bernard Dadié, hommage et études, Cotonou, éditions Flamboyant, Ivry-sur-Seine, Nouvelles du Sud, 1992, 411p.

SIDIBE Valy, GNAOULE-OUPOH Bruno, Bernard Dadié, conscience critique de son temps, Actes colloque en hommage à Bernard Dadié, Abidjan, CEDA, 1999, 273p.

Frédéric Le Maire, Bernard Dadié : itinéraire d’un écrivain africain dans la première moitié du xxe siècle, L’Harmattan, Paris, 2008, 207 p.

Vincileoni Nicole, Comprendre l’œuvre de Bernard Dadié, Issy Les Moulineaux, éd. St Paul, 1986, 320p.

 

[1] Lüsebrink, op.cit., 2003, p.247

[2] Publié sous le pseudonyme de Boua Coffi Bernard. Cf Lüsebrink, op.cit., 2003, p.25

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).