Ibrahima Diaman Bathily (1897-1947)

Né en 1897 dans le village de Tiagou (région de Bakel). Fils de Diaman Demba, interprète au Soudan, Ibrahima Bathily y débuta sa scolarité puis l’a poursuivie à l’école des fils de chefs à SaintLouis. En 1917, il est diplômé de l’école normale à Gorée. Il est muté au Soudan (Nioro) et demanda à rentrer au Sénégal en 1942, où il dirigea l’école de Pout. En 1944, il est nommé chef de canton de Goye. Il est l’auteur de nombreux manuscrits non publiés. D’après J.-H. Jézéquel, ses recherches ethnographiques lui servaient avant tout à mettre en œuvre des réformes[1]. Ses tentatives de réformes économiques et sociales furent à la fois freinées par ses administrés et le pouvoir colonial. Selon Abdou Karim Tandjigora, « l’un des motifs du désaccord entre l’aristocratie des Bathily et Ibrahima Diaman Bathily (instituteur horscadre), […] provient du fait que ce dernier a osé s’attaquer aux privilèges que représentent les réquisitions de toutes sortes au profit de la famille régnante du Gadiaga »[2]. Découragé par les résistances qui lui sont opposées et le manque de soutien de l’administration, il se suicide. Il laissa une lettre adressée au commandant de cercle de Matam dans laquelle il faisait part de son souhait que « [sa mort] puisse [servir] à la France et au Goye en effervescence à cause des idées politiques qu’ils n’ont pu digérer »[3]. Il fut membre de la SFIO.

Bibliographie

“Les Diawandos ou Diogorames. Traditions orales recueillies à Djenné, Corientzé, Ségou et Nioro”, L’Education africaine, n°94, 1936, pp.173193.

« Notices socio-historiques sur l’ancien royaume soninké du Gadiaga », présentées, annotées et publiées par Abdoulaye Bathily, BIFAN, Tome XXXI, n°1, 1969, pp.31105.

« Bakel dans les cendres de l’oubli », annoté par Abdoulaye Bathily, Dakar, Bulletin de l’IFAN, série B, tome XXXI, n°1, janvier 1969, pp. 9599.

« Papiers Ibrahima Jaman Bathily », IFAN, Dakar.

Sur le web

http://salioudiallo-org.over-blog.com/2014/11/hommage-a-feu-ibrahima-malal-diaman-bathily-1897-1947-un-galilee-soninke.html

http://www.soninkara.org/forum-soninkara/personnages-celebres-soninke-f24/topic103.html

[1] Jean-Hervé Jézéquel, “Collecting Customary Laws: Educated Africans, ethnographic writings and the Making of Colonial Justice in French West Africa” in Intermediaries, Interpreters, and Clerks: African Employees in the Making of Colonial Africa, B. Lawrance, E. Osborn & R. Roberts (dir.), University of Wisconsin Press, 2006, pp.139-158, p. 153.

[2] Abdou Karim Tandjigora, L’évolution économique et sociale comparée de deux régions sénégalaises dans le processus de colonisation, décolonisation et développement : le Boundou et le Gadiaga, 1885-1980, Thèse de doctorat en sciences économiques, Université de Bordeaux, 2012, 693p.

[3] http://www.soninkara.org/forum-soninkara/personnages-celebres-soninke-f24/topic103.html (consulté le 20/07/2016)

Une réflexion sur « Ibrahima Diaman Bathily (1897-1947) »

  1. Hommage à lui Ibrahim Malal qui fut un grand homme idéaliste qui avait mis en avant l’amour et la liberté de ses administrés.
    Merci à l’auteur aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search