Assane Seck (1919-2012)

Né le 01 février 1919 à Inor. Implantée à Adéane depuis la fin du XIXème siècle, la famille Seck occupe les postes de chefs de village et de canton. Assane Seck a d’abord fréquenté l’école coranique à Marsassoum. Il est ensuite entré à l’école française vers l’âge de 10 ans, d’abord à Marsassoum puis à Adéane. Il obtint une bourse pour poursuivre sa scolarité à l’école régionale de Ziguinchor (192935). Il est admis à l’EPS de SaintLouis (193538), l’Ecole Normale W. Ponty (193841). En 1939, il met en scène et campe le rôle principal de Bigolo, une pièce de théâtre, écrite et jouée avec les normaliens originaires de la Casamance et présentée au Sénégal (SaintLouis, Bignona…), en Côte d’Ivoire et à Paris[1]. Considérée comme subversive car célébrant une figure de la résistance casamançaise à la colonisation française, la pièce connait un important succès. En 1941, il demande son affectation en Guinée mais ne rejoint pas son poste car il est mobilisé. Il est d’abord tirailleur et gravit les échelons jusqu’au grade de sergent dans la 9ème division d’infanterie coloniale. Il est dans un premier temps envoyé au Maroc, puis en Corse. Il participe au débarquement en Provence. Il est membre de la troupe de théâtre des forces armées françaises. Lors d’une permission, il passe avec succès le brevet supérieur pour l’enseignement primaire en 1945. A la fin de la guerre, il prend un congé pour poursuivre ses études et reste en France afin de poursuivre des études supérieures (1946-1948). Il obtient une Licence en Lettres moderne et en Géographie à la Sorbonne. Il est démobilisé en 1948. En 19481949, il prépara son mémoire de géographie sur la Moyenne Casamance, pour obtenir un diplôme d’études supérieurs (DES). Il obtint le CAPES et fut biadmissible à l’agrégation de géographie. Il est alors retourné au Sénégal où il fut le premier enseignant africain à l’école normale William Ponty (19521954). Il fut ensuite nommé directeur de la cité universitaire de Dakar (19541956). Il a également enseigné au lycée Maurice Delafosse (19561958). En 1959, il fut nommé assistant (19591961), puis maître assistant (19611966), chargé d’enseignement (19661970), maître de conférences et enfin professeur titulaire de chaire des universités à la faculté des lettres de l’Université de Dakar.

Candidat aux élections législatives de 1956, il est désigné second sur la liste SFIO de Lamine Gueye, alors alliée au Mouvement Autonome de la Casamance (MAC). Ils échouent face au BDS de Senghor. Il a cofondé le PRASénégal en 1958. Assane Seck a occupé de multiples fonctions politiques : conseiller territorial en 1957, député (élu en 1968, 1973, 1978 et 1983) et ministre sous Senghor et Abdou Diouf (ministre de la Culture (1966-1968), de l’Education nationale (1968-1973), des Affaires étrangères (1973-1978) et de l’équipement (1981-1983)). Il a été admis à la retraite en 1983. Assane Seck est l’une des figures majeures de la vie politique casamançaise. Aujourd’hui, l’Université de Ziguinchor porte son nom.

Président de la section sénégalaise de la Communauté africaine de culture

Président de l’association des Professeurs d’Histoire et de Géographie du Sénégal

Bibliographie

 [Assane Seck], « Une opinion de Ziguinchor », Dakar-Jeunes, n°8, 26 février 1942.

La moyenne Casamance. Etude de géographie physique. Travaux du département de géographie de l’Institut des Hautes Etudes de Dakar, n°4, 1949, 49 pages. Prix de l’AOF, 1950. Publié dans la Revue de géographie alpine, 1955, volume 43, numéro 4, p.707-755

« Problème de modernisation de l’ouest-africain », Présence africaine, Numéro spécial : Les étudiants noirs parlent, n°14, décembre 1953, p.83-113

« Une soirée au théâtre du Palais », Traits d’Union, mars-avril 1955, p. 47

« A propos de l’ouvrage de C.A. Diop, Nations nègres et culture », Réalités africaines (journal dakarois), 20, 6 décembre 1955.

« Géographie, colonisation et culture », Présence africaine, Numéro spécial : Contribution au premier congrès des artistes et écrivains noirs (XIV-XV), Paris, 1957, p.46-47

« Dakar », Les cahiers d’Outre-Mer, 14, n°56, 1961, p.372-392

« Le « Heug » ou pluie de saison sèche au Sénégal », Annales de géographie, Vol.71, numéro 385, 1962, p.225-246

« Introduction à l’étude des villes tropicales », Tiers monde, Volume 6, numéro 21, 1965, p. 171-204

« Les escales du fleuve Sénégal », Revue de géographie de l’Afrique occidentale, n°1, mai 1965, p.71-118

(Avec Mondjannagni Alfred Comlan), L’Afrique occidentale, PUF, Paris, 1967, 290p. (2ème édition en 1975)

Les grandes villes d’Afrique et de Madagascar : Dakar, Paris, La documentation française, 1968, 118p.

« The changing role of the port of Dakar », in B. S. Hoyle and D. Hilling (eds.), Seaports and Developpement in Tropical Africa, Mac Millan, Londres, 1970, p.42-56

Dakar, métropole africaine, Mémoires de l’IFAN, n°85, IFAN, Dakar, 1970, 516p. Thèse de doctorat d’Etat. Prix de l’Institut d’Outre-mer de l’Académie nationale des Sciences, Belles Lettres et Arts de Bordeaux en 1970. Prix de la société de géographie de Paris.

« Découpage territorial et mal développement en Afrique », Antheaume Benoît, Blanc-Pamard Chantal, Chaleard Jean Louis (éd.), Tropiques, lieux et liens. Florilège offert à Paul Pélissier et Gilles Sautter, ORSTOM, Paris, 1989, p.377-384

Sénégal, émergence d’une démocratie moderne, 1945-2005. Un itinéraire politique, Karthala, Paris, 2005, 368p.

« Un nationaliste sans concession », Présence africaine, « L’histoire africaine : l’après Ki-Zerbo », n°173, 2006, p.37-44

Cahiers Ponty

Malick, le noir évolué, s.d, vers 1940.

Sur Assane Seck

Gassama Makhily, Bodian Atab et Mané Mamadou (coord.),  Mélanges offerts au professeur Assane Seck, à l’universitaire et à l’homme d’Etat Sénégalais, Nouvelles éditions africaines, Dakar, 2010, 317p.

[1] Maurice Sonar Senghor, Souvenirs de théâtre d’Afrique et d’Outre Afrique, Paris, L’Harmattan, 2004, p.17

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.