Aoua Thiero (Mme Keita)

Fille d’instituteur, Aoua Thiero[1] est entrée à l’école française après qu’un ami de son père, Mamadou Konaté, un instituteur qui fut plus tard vice-président de l’assemblée nationale, lui ait suggéré de l’y inscrire. Elle est élève de l’école normale de filles de Rufisque de 1944 à 1948. En 1948, l’institutrice est mutée à Bafoulabé où elle rencontre l’instituteur et militant du RDA Léo Keïta. De 1949 à 1955, pour gêner les activités politiques de celui qui était devenu son mari, ils sont affectés à Bandiagara, où elle est directrice de l’école de filles. Ensuite, ils sont de nouveau mutés à Bafoulabé de 1956 à 1960, où elle est également directrice de l’école de filles. Son mari Léo Keita dirigeait la troupe de théâtre de Bafoulabé au sein de laquelle Aoua jouait. La troupe participa au concours organisé par les centres culturels dont la finale se jouait à Bamako en 1955. La pièce qu’ils jouèrent « Bakary Dian », Bakary le grand et chef des Tondions, guerrier de Ségou du roi Da Monzon eut beaucoup de succès[2].

Parallèlement à ses activités d’enseignante, Aoua militait au sein du RDA. Elle fut membre de l’Union syndicale des travailleurs. Elle a aussi milité au sein des mouvements associatifs de femmes en Afrique (représentante des femmes de Bafoulabé à l’Union des femmes d’Afrique de l’ouest (UFOA) ; représentante des femmes de Nioro au Congrès extraordinaire de l’USRDA ; membre de la Commission sociale des femmes de l’USRDA) et aux Etats-Unis où son mari avait été nommé ambassadeur (elle fut présidente africaine du Conseil féminin des femmes de Washington). A l’occasion de la journée panafricaine des femmes, Mme Aoua Keita a reçu, le 31 juillet 1999, un diplôme de reconnaissance décerné par la ministre de la Promotion de la femme, de l’Enfant et de la Famille.

Bibliographie

Mme Keita, « Et celles qui n’auront pas à émarger demain… ? », L’Éducation africaine, n° 13, 1951, p. 53-54.

 

 

[1] Entretiens de Pascale Barthélémy avec Mme Aoua Thiero, Bamako, le 18 mai 2000, le 24 mai 2000, le 30 mai 2000 et Pascale Barthélémy, Africaines et diplômées à l’époque coloniale (1918-1957), PUR, Rennes, 2010, 344p.

[2] A. Dore-Audibert, Une décolonisation pacifique : chroniques pour l’histoire, Paris, Karthala, 1999, p.206-207

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search