Antoine Dim Delobson (1897-1940)

Né en 1897 à Sao, Antoine Dim Delobson est issu d’une famille de chef. Il est l’aîné de sa fratrie. Son père l’a inscrit à l’école française : il a fréquenté d’abord l’école régionale de Ouagadougou puis l’école des fils de chefs et enfin le lycée Faidherbe à SaintLouis. Il a obtenu le titre de commis des services administratifs, financiers et comptables de l’AOF et fut affecté au cabinet du gouverneur à Ouagadougou. En 1940, Dim Delobson décide de quitter ses fonctions et de prendre la succession de son père, décédé en 1933. A peine quelques mois après avoir accédé au trône de Sao, il meurt, probablement empoisonné. Son opposition à l’église et à l’administration coloniale lui avaient valu de nombreux ennemis.

Lauréat du prix institué par le Gouverneur Général de l’AOF en 1934, pour l’ensemble de ses travaux. En 1937, il est fait officier d’académie pour services rendus aux sciences ethnographiques.

 

Publications

« Le Mogho-Naba et sa cour », BCEHSAOF, 11/3, juillet-sept. 1928, p.386421

« Les Nionionsé de Goupana », Outre-Mer, n°1, 1929, p. 419446.

« Les Nionionsé de Goupana », Outre-Mer, n°4, janvier 1930, p. 421.

« Les danses mossi et leurs significations », Revue anthropologique, n°42, 1932, p.169-173.

« Les procédés divinatoires des Bagba (devins) au Mossi », JRAI, n°43, 1933, p.182-212.

« Notes sur les Yarcé du Mossi », Revue Anthropologie, n°44 (10-12), 1934, p.326-333.

L’empire du Mogho-Naba, coutumes des Mossi de Haute-Volta, Paris, Domat-Montchrestien, 1932, 303p. (Préface de R. Randau)

Les secrets des sorciers noirs, Paris, Librairie Emile Noury, collection sciences et magie, 1934, 298p. (Préface de Robert Randau)

Manuscrits non publiés

Les conditions d’existence de la région de Ouagadougou avant et après l’arrivée des français, 1926.

Le culte des eaux dans l’empire Mossi, s.d

L’anthropophagie des sorciers, s.d

La sorcellerie chez les noirs, s.d

L’organisation politique, administrative, militaire et judiciaire des groupes mossi avant la pénétration française. Droits coutumiers des Naba-Mossi, s.d.

Publications sur Dim Delobsom

Allot-Bouty Christine, “Dimdolobsom Une mémoire éclipsée”. Images et mémoires, bulletin n°66, Automne 2020. p. 13-15.

Kevane Michael, “Dim Delobsom: French Colonialism and Local Response in Upper Volta”, African Studies Quarterly 8, n°4, 2006.

Pacéré Titinga Frédéric, Dim Dolobsom, l’homme et l’œuvre, Ouagadougou, texte multigraphié, 1990, 174p.

Piriou Anne, « Antoine Dim Delobsom, la mémoire d’une identité voltaïque », in G. Massa, Y.-G. Madiega (éd.), La Haute-Volta coloniale: Témoignages, recherches, regards, Paris, Karthala, 1995, p. 557-570.

Film

Allot-Bouty Christine (Réalisatrice). Dimdolobsom. Une mémoire éclipsée (DVD), 2019, 50 min.

28 réflexions sur « Antoine Dim Delobson (1897-1940) »

  1. Bonjour à tous. Besoin de l’œuvre L’empire du Mogho-Naba, coutumes des Mossi de Haute-Volta. Où puis-je le consulter ?
    Merci d’avance…

  2. bonjour dans quelle bibliothèque pourrais je m’en procurer le roman le mogho
    naaba et sa cours

    1. Si vous habitez Ouagadougou, les livres de Dimdolobsom sont consultables sous la forme de photocopies aux Archives nationales.

  3. Bonjour.je voudrais demander le fichier PDF de l’ouvrage “le mogho naba et sa cour”.
    Cordialement

  4. Bonjour.ne voudrais demander le fichier PDF de l’ouvrage “le mogho naba et sa cour”.
    Cordialement

  5. Bonjour, dans qu’elle bibliothèque pourrais-je m’en procurer le roman:les secrets des sorciers noirs..merci

  6. Merci pour cette page concernant le premier écrivain de Haute Volta. Pourriez vous me dire comment vous avez pu vous fournir les titres de manuscrits. Ils m’intéressent car je réalise un film documentaire pour le Burkina Faso. Comment puis-je contacter Madame Piriou auteur d’un bel article très fouillé sur Dim et qui a rencontré la famille de Dimdolobsom , notamment le Naba Kaongo avec lequel je travaille / merci pour votre aide et conseils.

    Merci

    1. Bonjour, nous avons pu trouver les titres de ses articles/ouvrages dans un travail de M. Frédéric Titinga Pacere sur Dim Delosbom disponible à la Bibliothèque nationale de France où je crois bien que sa bibliographie est complète. En ce qui concerne Anne Piriou, nous ne sommes pas en contact avec elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search