Amadou Mapaté Diagne (1886-1976)

Né le 7 septembre 1886 à Gandiol au Sénégal. Il a suivi sa scolarité primaire à StLouis puis est devenu instituteur en 1907. Il a enseigné à Saint-Louis, Dakar, Fatick, Tivaouane et Sédhiou. En 1915, il est recruté comme secrétaire par l’inspecteur de l’enseignement en AOF Georges Hardy qui l’envoie en France, à l’école normale d’Auteuil, en 1919. Ses diplômes obtenus en métropole, il accède au cadre métropolitain. Il est le premier instituteur sénégalais du cadre supérieur puis deviendra le premier africain inspecteur de l’enseignement au Sénégal en 1942. Amadou Mapaté Diagne est aussi l’auteur du premier roman de langue française écrit par un Aofien. Commandé par l’éditeur Larousse, Les trois volontés de Malick (1920) est un ouvrage destiné aux écoliers africains.

3ème prix de la revue Outre-mer, 1931

Membre correspondant en AOF du comité d’études

 

Bibliographie

« Le dispensaire et l’école », BEAOF, n°20, 1916, p. 2531.

(avec Hamet SOW TELEMAQUE), “Folklore: Origine des griots”, BEAOF, n°25, juin 1916, p. 275278.

« Un pays de pilleurs d’épaves, le Gandiole », BCHSEAOF, Tome II, n°2, avriljuin 1919, p.137176

Les trois volontés de Malick, 1920, Larousse, 1920, Paris, 37p.

« Notes sur les coutumes des Diolas au Fogny oriental », BEAOF, n°82, 1933, p.85106

«Contribution à l’étude des Balantes de Sédhiou”, Outre-Mer, n° 1, mars 1933, p.1642.

Cahier de l’Ecole Normale William Ponty

Alimentation indigène. Casamance, Cahier de l’Ecole Normale William Ponty

9 réflexions sur « Amadou Mapaté Diagne (1886-1976) »

  1. Mapathe est mon oncle en tant que frère de mon père mais je n’ai pas eu la chance de le connaître . De plus à la mort de mon père je n’avais que 2 ans et 1/2 . De sorte que je ne sais de lui que quelques récits de ma mère , des anciens de Ponty , de mon neveu Ahmed Tidjane Diagne de nos griots et d’un vieux Monsieur de Sediou qui fut son ancien élève et qui m’a parlé de sa prestance de ses dons pour la musique dont le piano ( Ce qui m’a du reste surpris …vrai ou faux ? ) et des chansons qu’il lui avait apprises. Ce Monsieur entendant ma voix au seuil de ma maison parlant avec deux amis m’avait abordé chaleureusement me demandant : Vous ne seriez pas le fils de Mapathe Diagne ? La silhouette la voix !! . Je lui avais répondu : si nous parlons du même c’est mon oncle. Nous avions beaucoup échange et je lui avais dit que je ne savais pas grand’chose de lui et qu’à son décès en 1976 j’étais en France depuis quelques années pour mes études médicales. Voilà. Mon témoignage est bien pauvre et j’ai besoin d’en savoir bien plus

  2. Merci pour cette biographie. J’enseigne dans un collège de Sédhiou et qui porte son nom.

  3. Diagne cheikh Ahmad Tidiane Diagne Toronto , 5 Brockley drive apt 1710 M1P3J2 CANADA dit :

    Salut Chantal Diagne. J’attends toujours tes coordonnées. J’ai une copie des 3 volontés de Malick.
    Mon nom Cheikh Ahmad Tidiane Diagne Toronto
    email :ctdiagne2001@outlook.com

  4. Amadou Mapathé Diagne est mon grand père. Il habitait chez nous à la Zone A ou chez son neveu Maguette Gaye (DG Grands Moulins) à la Sicap. De ce que mon père et mon oncle sin excellence Mbaye Mbengu m’ont raconté, c’est ľinspecteur général Béart qui ľa envoyé en France à ľécole normale supèrieure. Je m’en souviens comme si c’était hier, il portait toujours un chapeau colonial avec un ensemble veste/pantalon. Il existe àux archives nationales une correspondance de haute facture entre lui et ľinspecteur général, dont la fille fu la directrice de ľécole Franco sénégalaise de Fanny Résidence.

    1. Bonjour, merci pour votre témoignage. Au plaisir d’échanger à propos de votre grand père.

  5. Belle bibliographie de Diagne Mapaté , dont les écrits ne sont pas suffisamment diffusés .
    Je recherche une édition originale illustrée, des 3 volontés de Malic .

    Diagne Chanel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search