Alexandre Adandé (1913-1993)

Alexandre Sénou Adandé est né en 1913 à Porto-Novo au Dahomey dans une famille de commerçants. Il est inscrit à l’école primaire catholique de Saint Joseph, dirigée par le R.P Francis Aupiais, où il obtient son certificat d’études primaires en 1928. Il est ensuite placé par son père dans une maison de commerce d’abord à Anécho puis à Lomé au Togo où il suit parallèlement les enseignements du cours complémentaire de 1929 à 1932. Il est ensuite admis à l’Ecole normale William Ponty où il entre dans la section administrative en 1932 .  A Ponty, Alexandre Adandé écrit et met en scène des pièces de théâtre avec le groupe des élèves originaires du Dahomey et du Togo. Après ses études, il est affecté à l’inspection générale de l’enseignement de l’AOF. Puis, à la création de l’IFAN, il a la responsabilité du musée. En 1957, il crée le musée ethnographique de PortoNovo, qui porte son nom depuis 1993. Après l’indépendance, il est archivistedocumentaliste à l’Institut de recherches appliquées du Dahomey. Il est l’auteur d’une abondante bibliographie sur l’histoire de l’art, des musées en Afrique et d’études ethnographiques.

Engagé également en politique, il a adhéré au Rassemblement Démocratique Africain (RDA) au moment de sa création en 1946. Il a aussi participé à la création de l’Union Progressiste Sénégalaise (UPS) puis de l’Union Démocratique Dahoméenne (UDD). Il fut le secrétaire général de la convention africaine en 1956 et en 1957. Il a également occupé plusieurs fonctions ministérielles entre 1958 et 1965 (Ministre de la Justice, Ministre des finances et du budget).

 Prix du gouvernement général de l’AOF pour son étude sur les usages du maïs dans le sudBénin (1946).

Bibliographie

« Historique de Mabissayé, chant nago du Bas-Dahomey », Théâtre et chants indigènes, compte-rendu de la fête de l’école William Ponty, L’éducation africaine, n°90-91, avril-septembre 1935, p.196-199

« A propos de la critique du théâtre dahoméen », Outre-mer, vol. IX, n°4, décembre 1937, pp.318321.

« Au secours de l’art noir qui végète », L’Education Africaine, n°99-100, 1938, pp.2832.

« L’éducation des femmes en AOF. Une grande tâche incombe à l’école normale des filles de Rufisque », Paris-Dakar, 15 décembre 1948.

« Vers une méthode rationnelle de colonisation : la nécessité d’avoir des fonctionnaires spécialisés dans les travaux d’ethnologie », Dakar-jeune, 23 juillet 1942.

« Le musée de l’IFAN possède l’une des plus riches collections des poids baoulés à peser l’or », Dakar-jeune, 28 juin 1947.

« Abomey, un joyau d’humanisme nègre », Paris-Dakar, 1948.

« Un trésor historique unique : les bas-reliefs des anciens palais d’Abomey », Paris-Dakar, 15 juin 1949.

« Quelques devinettes dahoméennes », Gbéjinonvi, Bulletin d’information de l’union du Bénin, Juillet-décembre 1949, p.9

« La tradition gnomique », Présence africaine, n°8-9, mars 1950, pp. 324-332.

« Artisanat africain et art sacré », Notes africaines, n°48, oct.1950, pp. 118-119.

« Origine des villages de Yeumbel et Tiaroye (Sénégal)», Notes africaines, n°50, avril 1951, p.56.

« Masques africains », Notes africaines, n°51, juillet 1951, p.78.

« Sur quelques noms de fusils en Afrique », Première conférence internationale des Africanistes de l’ouest. Compte-rendu, IFAN, Dakar, 1951, pp.166-192.

« L’impérieuse nécessité des musées africains », Présence africaine, n°10-11, 1951, p.194-198.

« Masques africains », Notes africaines, n°51, juillet 1951, pp.78-96.

« La naissance de Toholou », Notes africaines, n°53, juillet 1952, p.11.

« L’évolution de la musique africaine », Notes africaines, n°54, avril 1952, pp. 3944.

(Avec Charles Béart) « Enquête sur les jeux de l’ouest-africain », Notes africaines, n°54, avril 1952, pp.4445.

« Deux livres pour les Africains : « La philosophie bantoue » du R.P. Tempels et « Dieu d’eau, entretiens avec Ogotemmèli » du professeur Griaule », Notes africaines, n°55, juillet 1952, pp.7476

« Le théâtre africain d’expression française », Eveil du Bénin, n°12,13, 14, 1952.

« Sur quoi se fonde l’art nègre », Gbedjinonvi, n°4-6, 1953, p.2023

« Le maïs et ses usages dans le Bas-Dahomey », Bulletin de l’IFAN, tome XV, n°1, 1953, pp.220282

(avec Pierre Verger) « Un rite expiatoire : Oma », Notes africaines, n°58, avril 1953, p.41-45

(avec G. Clamens) « Poignard et haches de parade en cuivre sénoufo ancien », Notes africaines, n°58, avril 1953, p.49-51

(avec Pierre Verger) « Tam-tam Avohu », Notes africaines, n°59, juillet 1953, p.72-75

« La grotte sacrée de N’gor », Notes africaines, n°59, juillet 1953, p.95

« Les masques : origines et caractères », France-Dahomey, n°64 et n°65, 11 et 14 août 1953.

« Une exposition des arts plastiques de l’ouest africain à Dakar », Notes africaines, n°60, octobre 1953, pp.126-127.

« L’AOF expose en Gold Coast », Eveil de l’Afrique, n°40, 1953.

« Le vin de palme chez le Diola de la Casamance », Notes africaines, n°61, janvier 1954, pp.46.

(avec J. Savonnet) « Un métier à tisser en pays kono (Sierra-Leone), Notes africaines, n°61, janvier 1954, pp.2122.

« Parasol original », Notes africaines, n°68, octobre 1955, p.108.

« Fonctions et significations sociales des masques en Afrique noire », Présence africaine, n°1-2, 1955/1, pp. 2438.

« Gargoulette inusitée », Notes africaines, n°78, 1958, p.36.

Les récades des rois du Dahomey, Dakar, IFAN, 1962, 104p.

« Regard rétrospectif sur l’économie africaine et perspective de développement agricole au Dahomey, Etudes dahoméennes, 1963, pp.716.

« Prise de conscience et solidarité du monde noir dans le domaine de l’art », Présence africaine, n°117-118, 1981/1, pp.176-189.

« Paul Hazoumé, écrivain et chercheur », Présence africaine, n°114, 2ème trimestre 1980, pp. 197203.

Le maïs et ses usages au Bénin méridional, Dakar, Les Nouvelles Editions Africaines, 1984, 100p.

« Témoignage sur la genèse de l’IFAN Cheikh Anta Diop », Bulletin de l’IFAN, Spécial Cinquantenaire de l’IFAN, T. 47, n°2, 1996, pp. 2733.

Manuscrits

La Dernière entrevue de Béhanzin et de Bayol

Le mariage de Sika, Sokanmè

Sur Alexandre Adandé

Oké F. M., « Adandé Alexandre Sénou », Dictionnaire bio-bibliographique du Dahomey, Porto-Novo, Institut de recherches appliquées du Dahomey, 1969, p.12-15

Web

http://alexandresenoucentenaire.blogspot.fr/2012/04/hommagea-alexandre-senou-adande-agent.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).