Alassane Ndaw (1922-2013)

Né le 14 octobre 1922 à SaintLouis. Il entre à l’Ecole normale William Ponty en 1938 pour devenir enseignant. Au moment où la Seconde guerre mondiale éclate en Europe, il est mobilisé. A son retour, il enseigne en tant qu’instituteur à Sébikotane puis maître d’internat au lycée Van Vollehoven à Dakar. Il obtient le baccalauréat, série Philosophie et demande une bourse pour poursuivre ses études en France. Etudiant à Paris, il obtient une licence de Philosophie. Il est ensuite professeur certifié de philosophie puis surveillant général au lycée Maurice Delafosse à Dakar. Il poursuit une carrière académique comme professeur de philosophie à l’université (maître assistant à partir de 1966 puis professeur et enfin doyen de la Faculté des Lettres et Science Humaines de 1976 à 1983). Il fut conseiller technique à la présidence de la République avec le titre de secrétaire général du Festival mondial des Arts Nègres après deux années passées en détachement à l’UNESCO. Plus tard, en 1985, il est de nouveau candidat à un poste à l’UNESCO.

Bibliographie

« Un Africain devant la culture française », L’éducation africaine, n°37, 1956, p.7-13.

« L’enseignement et les langues vernaculaires », BEAOF, n°37, 1956, p.14-22.

« Pensée africaine et développement », Problèmes soc. Congolais, CEPSI, n°75-76, 1966-67, p.86-96.

« Peut-on parler d’une pensée africaine? », Présence africaine, n°58, 1966, p. 32-46.

« Structures mentales et développement national », Afrique documents, n°105-106, 1969, p.261-267.

« Pensée africaine et développement », Annales de la FLSH, n°2, Université de Dakar, 1972.

« L’Université et la pluralité culturelle, l’exemple du Sénégal », L’université et la pluralité des cultures, Séminaire de l’Aupelf, Louvain-la-Neuve, mai 1973, p. 2125.

« La conscience esthétique négro-africaine », Art Nègre et civilisation de l’Universel, Dakar, Nouvelles Editions Africaines, 1975.

« Recherches sur les fondements de la pensée négro-africaine », Thèse de doctorat d’Etat, Paris V, 1976.

« Prolégomènes à une étude de la philosophie négro-africaine », Annales de la faculté des lettres et sciences humaines de Dakar, 1978, p.7-27.

“Zivilisation und Philosophie in Schwarzafrika”, Wissenschaft und Weltbild, n°3, 1978, p. 145-155.

« Panorama de la négritude : de la contestation au dialogue des cultures », Ethiopiques, n°17, 1979.

« Prolégomènes à une lecture philosophique de la pensée négro-africaine traditionnelle », A. Diemer (dir.), Philosophy in the present situation of Africa, Wiesbaden, Steiner Verlag, 1981, p. 23-26.

« Sur les formes du savoir en Afrique », Revue sénégalaise de philosophie, n°2, 1982, p.1826

« Civilisation noire et philosophie », Interdisciplinarité, n.78., 19821983.

« Liminaire », Revue sénégalaise de philosophie, 1982, n°1.

« Identité et pluralisme culturels en Afrique », L’Afrique et le problème de son identité, A. Diemer et P. Hountondji (dir.), Peter Lang, 1985, p. 149-153.

« La négritude de la contestation au dialogue des cultures », Ethiopiques, n°77, 1979.

« Merleau Ponty audelà de la phénoménologie », Ethiopiques, n°22, 1980.

La pensée africaine, Recherches sur les fondements de la pensée négro-africaine, Préface de Léopold Sedar Senghor. Dakar, Les Nouvelles Editions Africaines, 1983, 284 p.

“Itinéraire philosophique”, Philosophes critiques d’eux-mêmes, Bern, Frankfurt am Main, New York, 1985, p. 235-253.

“Unity and value in African thought”, “Facts and values », Marinus C. (dir.). Dordrecht, Nijhoff, 1986, p. 171-175.

« De l’école William Ponty à l’université de Dakar », Goutalier R. (dir), Mémoires de la colonisation : relations colonisateurs-colonisés, Paris, L’Harmattan, 1995.

« Philosopher en Afrique, c’est comprendre que nul n’a le monopole de la philosophie », Entretien réalisé par Ramatoulaye DiagneMbengue, Philosopher en Afrique, Revue critique, n°771-772, Aoutseptembre 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search