Abdoulaye Sadji (1910-1961)

Abdoulaye Sadji est né à Rufisque en 1910. Son père Demba Sadji est un marabout originaire de Latminguè, un village situé dans la région de Kaolack et sa mère Oumy Diouf est issue d’une famille musulmane lébou. Il a d’abord été formé à l’école coranique puis est entré à l’école urbaine de Rufisque (1921-1924). Il a ensuite fréquenté l’Ecole Primaire Supérieure Blanchot et l’école normale William Ponty (1926-1929). En 1932, il obtient son baccalauréat. Sadji a enseigné à Ziguinchor (1929-1931), Thiès (1931-1933), Dakar (1934-1935), Kaolack (1935-1937) puis il a dirigé l’école de Dagana, Saint-Louis, Louga, Sédhiou, à nouveau Dakar et Rufisque. De 1959-1961, il fut inspecteur de l’enseignement primaire.

En 1945, il a co-fondé le Comité d’Etudes Africaines, dont l’objectif est « l’étude des questions culturelles, sociales, politiques et économiques concernant l’Afrique noire »[1]. Il s’engage au sein du RDA, puis en 1956 il devient membre du Bloc Populaire Sénégalais et enfin du Parti Africain de l’Indépendance. Sadji a publié de nombreux articles dans Paris-Dakar, Réveil, Condition humaine...  Entre 1951 et 1956, il a été journaliste à la radiodiffusion de l’AOF. Il est aussi à l’origine de la première station de radio en langue nationale et animait des émissions en wolof[2]. Il fut également membre du comité de rédaction de la revue Présence africaine.

 

Bibliographie

« Ce que dit la musique africaine », L’Education Africaine n°94, 1936, pp. 119-172.

« La chanson des mariées. Ce que disent les mélopées sénégalaises », Paris-Dakar, 12 mai 1937, p.2.

« Gallo M’Baye, griot de Rufisque », Paris-Dakar, n°454, 28 juillet 1937, p.2.

«  Ce que disent les vieilles mélopées sénégalaises », Paris-Dakar, n°691, 11 et 12 mai 1938, p.2.

« La tabatière de paix », Paris-Dakar, 31 juillet 1938, p.2.

« Le pays des Bracks », Paris-Dakar, n°880, 24 décembre 1938, p.12.

« L’évolution culturelle de l’AOF. Un point de vue », Dakar-jeunes, n°10, 12 mars 1942, p.3.

« Sédhiou, capitale morte », Education africaine n°109-110, 1944-45, pp. 3739.

« Félix Eboué », Réveil, 30 juin 1947, p.1.

« Tradition et politique », Condition Humaine, 11 juillet 1948, p.1-2 et 25 juillet 1948, p.1.

« Les contes d’Amadou Koumba », Paris-Dakar, 3 août 1948, p.4.

« Littérature et colonisation », Présence africaine, n°6, 1er trimestre, 1949, p.139-141.

« Sédhiou, ville mandingue », Paris-Dakar, 1er septembre 1951.

Maïmouna, Dakar, Imprimerie A. Diop, 1952, 98p.[3]

Tragique hyménée. Un drame du mariage sénégalais, Dakar, Imprimerie A. Diop, 1952[4].

Tounka : une légende la mer, Dakar, Imprimerie A. Diop, 1952, 34p.[5]

(avec L.S. Senghor) La belle histoire de Leuk-Le-Lièvre, cours élémentaire des écoles d’Afrique noire, Paris, Hachette, 1953, 175p.

Nini, mulâtresse du Sénégal, Paris, Présence africaine, 1954[6].

« Beut et Tiat, Paris-Dakar, 26 mars 1955, p.3.

Modou Fatim, Dakar, Imprimerie A. Diop, 1960, 54p.

Education africaine et civilisation, Dakar, Société africaine d’éditions et de publications, 1964, 92p.

Ce que dit la musique africaine, Paris, présence africaine, 1985, 121p.

Publications sur Abdoulaye Sadji

Amadou Washington Booker Sadji, Abdoulaye Sadji. Biographie, 1910-1961. Sa vie et sa pensée à un tournant de l’histoire africaine. Paris, Présence africaine, 1997, 182p.

[1] Amadou Washington Booker Sadji, Abdoulaye Sadji. Biographie, 1910-1961. Sa vie et sa pensée à un tournant de l’histoire africaine. Paris, Présence africaine, 1997, p.102 cité par Lüsebrink, op.cit., 2003, p.126.

[2] Lüsebrink, op.cit, 2003, p.125

[3] Paru entre novembre 1946 et janvier 1947 dans L’AOF. Echo de la côte occidentale d’Afrique. Cf Lüsebrink, op.cit., 2003, p.136. Cf Lüsebrink, op.cit., 2003, p.136

[4] Paru entre le 16 et le 31 janvier 1947 dans Afrique-Nouvelle. Cf Lüsebrink, op.cit., 2003, p.136

[5] Paru entre le 3 septembre et le 12 octobre 1946 dans Paris-Dakar. Cf Lüsebrink, op.cit., 2003, p.136

[6] Paru dans Présence africaine, n°1, 1947 ; n°2, 1948 ; n°3, 1948, n°4, 1948. Cf Lüsebrink, op.cit., 2003, p.136

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).