Abdel Kader Mademba Sy (1893-1932)

Abdel Kader Mademba Sy est né en 1893. Il est le fils de Mademba Sy, ancien élève de l’école des otages, qui fut nommé fama de Sansanding par Archinard en 1890 et le resta jusqu’à sa mort en 1918. Sa mère, Dieynabou Oumou Tall est la fille d’Ahmadou Tall, fils du conquérant toucouleur El Hadj Omar Tall. D’après Abdel Kader, son père, « lorsqu’il avait accepté le titre de fama, […] avait pris l’engagement de faire élever ses enfants en France »[1]. Les fils aînés de Mademba Sy sont envoyés à l’école des fils de chefs à Saint-Louis, et sept autre de ses fils dans un lycée à Alger, dont Abdel Kader et Bendaoud, qui devint instituteur. De retour d’Alger, Abdel Kader se lance dans le commerce puis décide de poursuivre une carrière  dans l’armée[2].

Au cours de la Première guerre mondiale, il combat aux Dardanelles et à Verdun. Il contribue également au recrutement des tirailleurs en AOF en 1918, aux côtés de Blaise Diagne. Il devient officier et accède au grade de lieutenant. Il est décoré de la croix de la Légion d’Honneur. Il a servi en France, à Madagascar, au Maroc, au Soudan et au Sénégal.

Son livre  Au Sénégal et au Soudan Français : le fama Mademba, publié en 1931 semble motivé par la double volonté de réhabiliter l’image de son père Mademba et de rendre hommage aux généraux Archinard et Galliéni. L’année de la parution du livre, l’exemple de Mademba sera utilisé par historiens coloniaux pour célébrer la conquête lors de l’exposition coloniale de 1931 [3]. Abdel Kader a lui-même participé au premier Congrès international d’histoire coloniale organisé à Paris en 1931. Son ouvrage est aussi un hommage à ses oncles Mahmadou Racine Sy et Amadi Coumba Sy, et à son frère Cheikh Mademba Sy, tous morts « au service de la France ».

Mais derrière la célébration de la conquête coloniale et de l’engagement de toute une famille au service de la France, tout ne semble pas aussi lisse. Abdelkader meurt l’année suivante en France d’une pneumonie. Il se serait peut-être laissé mourir, selon son fils Claude Mademba Sy, qui souligne qu’Abdelkader Mademba refusait de parler français durant ses derniers mois, ce que son fils explique par sa profonde culpabilité née de son rôle dans la campagne de recrutement de tirailleurs dirigée par Blaise Diagne en 1918 en AOF [4].

 

Bibliographie

Sy Mademba Abdel Kader, “Au Sénégal et au Soudan Français”, BCEHSAOF, 1930, pp.101-216.

Sy Mademba Abdel Kader, Au Sénégal et au Soudan Français : le fama Mademba, Paris, éditions Larose, 1931, 119p.

Notes

[1 ] Abdel Kader Mademba Sy, Au Sénégal et au Soudan Français, Paris, éditions Larose, 1931, p.109

[2] Myron Echenberg, Les tirailleurs sénégalais en AOF(1857-1960), Paris, Karthala, p.81; pour de longs développements sur les débuts dans l’armée d’Abdel Kader à Kati, cf. Amadou Hampaté Ba, Amkoullel, l’enfant peul, Paris, Actes Sud, 1991, section “L’adjudant et le fils de roi”, pp. 375-390.

[3] Sophie Dulucq, Ecrire l’histoire de l’Afrique à l’époque coloniale (XIX-XXème s.), Paris, Karthala, 2009: 175-176.

[4] « Claude Mademba Sy, tirailleur exemplaire », Le Monde, Blog « Africa mix », 25 octobre 2007, entretien avec Olivier Herviaux.

8 réflexions sur « Abdel Kader Mademba Sy (1893-1932) »

  1. J’ai été très intéressé par l’histoire de cette famille, et je suis reconnaissant à celui qui a attiré mon attention dessus. J’ai particulièrement remarqué que la famille a constitué une lignée d’au moins trois membres consécutifs de la Légion d’honneur, critère qui fondait autrefois un cas d’anoblissement automatique.
    Ce critère est aujourd’hui honoré par la possibilité d’être admis dans “l’Association des anciens honneurs héréditaires”, que je préside (http://www.honneurshereditaires.net). Je prépare en outre un dictionnaire généalogique de ces familles. Je serais donc très intéressé à échanger avec les enfants de Claude et Josette Mademba-Sy. Qui pourrait nous mettre en relation?
    Merci d’avance!
    Pierre Jaillard (pierre@jaillard.net)

  2. Je suis Abdel Kader Sy( abdel kader mademba sy est mon homonyme). Je suis le fils de Cheikh Mademba sy, fils de Ben Daoud Mademba sy, fils de Mademba Sy.

  3. Je suis tellement fière de nos aïeux .
    Je suis la petite fille de Tiguida Sy et la fille Mademba Sy (Tonton Fama) de bagadadji.

  4. Ma grand-mère maternelle Tiguida Sy était la fille du capitaine Mamadou Racine
    (Premier Capitaine Noir de l’infanterie Française (1837- 1902 à Kita) Sy qui était également le grand frère direct de Mademba Sy (Fama de Sansanding)

  5. Je suis son arrière petit fils, il était le père de ma grande Mère Sirandou Sy. Tonton Claude Mademba Sy était les frère de ma grand mère. Diarra Ibrahima, tu dois être mon cousin, ma sœur habite aussi à Toulouse et doit être en contact avec ta mère.

  6. Je suis le petit fils de kader sy côté mère . Je vis à Toulouse je suis très fier de mon grand père

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les voix africaines de la « bibliothèque coloniale » (Afrique Occidentale Française, 1900-1960).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search