Archives de catégorie : Billets

Table-ronde « Des écritures africaines de l’empire »

Dans le cadre du lancement du programme de recherche African Humanities Project (Sciences Po – Columbia University), débat autour du livre de Céline Labrune-Badiane et Etienne Smith, Les Hussards noirs de la colonie. Instituteurs africains et petites patries en AOF (1913-1960), Paris, Karthala, 2018, coll. « Recherches internationales ».

Centre de Recherches Internationales (CERI) – Sciences Po

Mardi 12 juin 2018   (17h-19h)

Avec :

Romain Bertrand, Sciences Po-CERI
Gregory Mann, Columbia University
Wendell Marsh, Columbia University
Pap Ndiaye, Sciences Po Centre d’histoire

Et les auteurs : Céline Labrune-Badiane, IEA Nantes et Etienne Smith, Sciences Po-CERI

Modérateur :
Richard Banégas, Sciences Po-CERI

Responsables scientifiques: Richard Banégas, Sciences Po-CERI, Laurent Fourchard, Sciences Po-CERI et Thomas Fouquet, CNRS, Institut des mondes africains (IMAF)

Inscription

 

En Afrique Occidentale Française (AOF), l’école coloniale a tenté de justifier sa mission par l’adaptation de son enseignement aux nouvelles « petites patries » de l’empire, selon la terminologie de la IIIe République. La création de savoirs « adaptés » ne s’est pas faite en un jour. La tâche en incombait aux instituteurs, en majorité africains, et devenus les principaux ethnographes des terroirs arpentés dans le cadre de la « mise en valeur scientifique » des colonies. Ceux-ci ne furent pas de simples informateurs ou auxiliaires des sciences coloniales. Ils ont mené leurs propres recherches et fait œuvre d’auteurs à part entière. Ils ont ainsi jeté les bases d’une affirmation culturelle, concomitante de la négritude parisienne, mais ancrée dans une « négritude de terrain », profondément ambivalente. Leur prise de parole était en effet soumise à la censure tatillonne de la hiérarchie administrative, dont le livre retrouve la trace dans les archives. Il démontre ainsi comment se négocie, au fil des pages, une transaction hégémonique impériale.

Première exploration systématique du corpus des publications des instituteurs ouest-africains, ce livre pionnier offre un aperçu inédit de la « bibliothèque coloniale ». Il bouleverse notre compréhension du fait impérial, et met au centre de l’analyse une catégorie d’acteurs intermédiaires en les reconnaissant pour ce qu’ils ont été : de vrais intellectuels, au coeur des contradictions de leur époque.

 

 

Table ronde: De la « bibliothèque coloniale » à la « bibliothèque africaine » ?

Table ronde: de la « bibliothèque coloniale » à la « bibliothèque africaine » ?

Le jeudi 17 mai à 17h30, château des Ducs de Bretagne, Nantes (entrée libre).

À partir d’une discussion autour de l’ouvrage de Céline Labrune-Badiane et Etienne Smith, Les hussards noirs de la colonie, Paris, Karthala, 2018 sur la (co)production de la « bibliothèque coloniale » par les instituteurs africains en Afrique occidentale française, les intervenants discuteront du processus historique et des enjeux épistémologiques de la décolonisation des savoirs sur l’Afrique en Afrique, avec en contrepoint une analyse de l’expérience indienne.

Avec la participation de Céline Labrune-Badiane (Université de Paris VII et IEA de Nantes), Etienne Smith (CERI-Science Po), Ibrahima Thioub (Cheikh Anta Diop, Sénégal et IEA de Nantes) , Umamaheshwari Rajamani (IEA de Nantes) , Souleymane Bachir Diagne (Columbia University et IEA de Nantes) , Felwine Sarr (Université Gaston Berger, Sénégal et IEA de Nantes) et Yaovi Akakpo (Université de Lomé, Togo et IEA de Nantes).

Plus d’informations sur:

https://www.iea-nantes.fr/fr/actualites/table-ronde-de-la-bibliotheque-coloniale-a-la-bibliotheque-africaine_798

 

Présentation

Le carnet accompagne la publication de l’ouvrage Les hussards noirs de la colonie. Instituteurs africains et petites patries en AOF (Paris, Karthala, 2018, coll. « Recherches Internationales ») sur la production d’écrits (scientifiques, littéraires, scolaires…) par les instituteurs d’Afrique Occidentale Française entre 1913 et 1959. Il propose en ligne les annexes de l’ouvrage et des compléments (présentation du corpus, tableaux, sommaires, notices bio-bibliographiques, bibliographies, index, cartographie de cette production textuelle) ainsi que des compte-rendus et  l’actualité scientifique (séminaires, colloques, publication d’ouvrages…) sur la production des savoirs par les acteurs africains en contexte colonial.

Se procurer l’ouvrage chez Karthala.